Créer un site internet
PICARDROUCHI

L'ROUCHI POU L'Z'INFANTS; LE ROUCHI POUR LES ENFANTS

 

Ch'page chi, alle est faite pou les taïons, les taïonnes, les parints, les maîtes d'écoles ...J'in passe et des meilleux,  qui voudrotent bin  que l'z'infants, i seuchent incore parler l'viux langache du Nord de l'France, chti qui déquind de l'langue d'Oïl, el'Picard, el'rouchi, el'ch'ti... Bref, el'patois, comme in dit par ichi.L'page, alle s'ra arnouv'lée d'timps in timps. Des fos, vous y trouv'rez un poème, des fos, cha s'ra eune canchon, et i'ara toudis l'traduction des mots difficiles , pou bin tout comprinde.

Cette page-ci est faite pour les grands parents, les parents, les enseignants...J'en passe et des meilleurs, qui voudraient que les enfants sachent encore parler l'ancien langage du Nord de la France, celui qui descend de la langue d'Oïl, le picard, le rouchi, le Ch'ti...Bref, le patois, comme on dit par ici. Cette page sera renouvelée de temps en temps. Parfois, vous y trouverez un poème, parfois, ce sera une chanson, et il y aura toujours une traduction des mots difficiles, afin de bien tout comprendre.

EUNE BONNE LECTURE !!

 

Arbre

FOUFIELE DINS L’NATURE

                                                                                                                                                           Joëlle Jonas

Et v‘là l’printemps, et v’là l’biau temps !

Les bos, les pâtures et les camps,

I z’ont leus affutiaux d’verdure,

Après l’blanc mantiau de l’frodure.

Les pus tiotes fleurs, alles font leu fière,

Savotent qu’à temps d’sortir de l’tierre.

Mais au mitan de ch’bielle humeur,

I nd a qu’alles in ont gros su l’cœur.

Alles sont tout rimplies d’jalouseté,

Et passent leu temps à disputer.    Fleur 038

Ch’est pace qu’in vient point l’z’es cueiller,

Qu’in in fait point des biaux bouquets.

Ch’est pas des magrites, des bluets,

Des mahons o bin du muguet.

Cha s’rot putôt comme des ortilles,

Des hierpes qu’alles ont pas l’air gintilles.

Et les v’là toudis in foufièle,

A braire ed’point ête assez bielles.

Un jour, Mère Nature, alle se fâche,

Et alle leu invoe un messache.

Ch’est l’vent qu’i vient leu apporter,

Fleur 031Eune paire ed’jours avint l’été.

Et v’là chu qu’i dit, ech’messache,

Qui leu apprind à rester saches :

« Su Tierre, i-a point foque que l’biauté.

Tertous, i-a eune utilité.

Mes plantes, mi que j’vous ai créées,

J’vous ai donné des qualités.

L’plaiji des yux, l’plaiji du nez,

Ch’est bin mais faut point oblier

L’pouvoir ed’certaines ed’nourrir,

 D’sogner les maux et l’z’es guérir.

Adon, mes tiotes, soïez bin fières

D’ête là, tertous insanne su l’Tierre. »

Et ainsin, l’messache, i-a  passé.

Tous ches tiotes plantes, alles s’ont calmé.Fleur 038

Alles ont appris à s’respecter.

Achteure, à m’mote qu’l’Humanité,

Alle ferot bin d’les imiter,

Et pis d’garder d’l’humilité.

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                      

 

Ajouter un commentaire