PICARDROUCHI

L'ROUCHI POU L'Z'INFANTS; LE ROUCHI POUR LES ENFANTS

 

Ch'page chi, alle est faite pou les taïons, les taïonnes, les parints, les maîtes d'écoles ...J'in passe et des meilleux,  qui voudrotent bin  que l'z'infants, i seuchent incore parler l'viux langache du Nord de l'France, chti qui déquind de l'langue d'Oïl, el'Picard, el'rouchi, el'ch'ti... Bref, el'patois, comme in dit par ichi.L'page, alle s'ra arnouv'lée d'timps in timps. Des fos, vous y trouv'rez un poème, des fos, cha s'ra eune canchon, et i'ara toudis l'traduction des mots difficiles , pou bin tout comprinde.

Cette page-ci est faite pour les grands parents, les parents, les enseignants...J'en passe et des meilleurs, qui voudraient que les enfants sachent encore parler l'ancien langage du Nord de la France, celui qui descend de la langue d'Oïl, le picard, le rouchi, le Ch'ti...Bref, le patois, comme on dit par ici. Cette page sera renouvelée de temps en temps. Parfois, vous y trouverez un poème, parfois, ce sera une chanson, et il y aura toujours une traduction des mots difficiles, afin de bien tout comprendre.EUNE BONNE LECTURE !!

                                                                                                                                                         

EUNE TIOTE FAPE ED'PRINTEMPS

 

L’MOUQUE  À  MIEL ET L’MOUQUE  À BRIN

 

AbeillePou l’grind bal ed’printemps, i-avot eune mouque à miel (abeille)

Qu’alle voulot, pus que tout, de l’fiête, ête el’pus bielle.

Alle busiot foque à cha. L’grind jour, i rapprochot.

Mais que cotron (jupe) quésir ? Et pis que caracot ?

Fallot quète cosse qu’i brille. Alle voulot qu’in voche qu’elle.

A nd avot pus qu’assez de s’couleur naturelle.

A quo qu’ch’arsanne (ressemble), infin, ch’t’oringé pis ch’marron ?

Restée oustée (vêtue sans allure) comme cha, i n’in est point question !

Un matin, alle avise, pad’sous un grind mahon (coquelicot),

Perdu pa un  infant, un viux papier d’ballon (bonbon. Propre au Denaisis).

L’papier, i-est vert-doré et i brille au solel.

Abeille« Cha y est, v’là chu qu’i m’faut », qu’a s ‘dit l’tiote mouque à miel.

Abile, alle fait avec, un affutiau (vêtement) d’leumière.

Alle l’infile tout fèlemint (vivement) et alle s’in va bin fière.

L’bal, i vient d’commincher. Alle arrife jusse à timps.

Pou qu’in la voche ed’lon, alle volète tout duchemint.

Alle ravise alintour et, à n’in point douter,

Alle s’ra forchémint preume  au concours ed’biauté.

Alle attind les bravos, les cris d’admiration,

Mais au lieu d’cha, malheur, in l’traite ed’tous les noms,

Et, parmi eusses, surtout, i nd a un qu’i arvient :

Ch’est l’insulte suprin.me, in l’appelle « mouque à brin » (mouche à m..., mouche à viande) !Mouche

Brayant (pleurant) tout sin possipe, l’tiote biête, alle quitte el’bal

Et va ruer au pacus (dépotoir. Propre au Denaisis) tout sin biel attiral.

Ch’t’alors qu’in bourdonnant, i-arrife eune mouque à brin,

Eune vraie, d’un fort biau vert, infardélée (emballée) d’satin.

L’mouque à miel, in  l’veyant, plin.ne ed’rache, alle li crie :

« Ch’est de t’faute, ch’qu’i m’arrife, laisse-me, vas t’ in d’ichi ! »

« Ichi, ch’est m’garde-minger, et, non,  j’m’in irai point,

Qu’alle répond sins détour el’dodue mouque à brin,

Mais raconte me putôt quo qu’i t’a arrivé

Et chu qu’j’viens faire là d’dins, si ch’est point trop d’minder. »

L’mouque à miel, alle li dit es’bin triste avinture,

Comprind qu’alle a quési (choisi) el ‘mauvaise habillure.

« Nous autes, les mouques à brin, qu’alle répond l’aute tiote biête,

In va jamais au bal, in est jamais de l’fiête.

I faut dire qu’in n’a point eune bonne réputation,

Pace que no nourriture, ch’est bin souvint d’z’étrons.

MoucheCha in dégoûte pus d’un et in nous tourne el’ dos,

Mais mi, j’te l’dis ichi, i z’ont point d’comperdo (intelligence).

In est grinmint (très) utile pace qu’in nettie l’Nature

D’ses déchets, d’chu qu’i-est mort, et d’tous ses pourritures.

Ch’est pas bin ragoûtant, mais, sins nous, un matin,

Té t’révelleros sûremint dins un grind monchau (tas) d’brin. »

« Ch’est vrai, t’as bin raijon, qu’alle busie (réfléchit) l’mouque à miel.

Ch’est sûr qu’t’as t’plache  aussi, ti et pis tes parels.

Té vas v’nir avec mi. In va r’trourner au bal,

Leu moutrer à tertous qu’à eusses, t’es bin égal.

Grâche à ti, j’vos achteure qu’no bonne manman Nature,

Alle a jamais laissé el’mointe d’ses créatures,Abeille

Et qu’i faut, pou qu’alle soche toudis équilibrée,

Faire comprinde qu’à s’grinde Fiête, Tertous, i-est invité !! »

Joëlle Jonas

6Mars 2022

                          

 

Ajouter un commentaire

 
×