L'ROUCHI POU L'Z'INFANTS; lE ROUCHI POUR LES ENFANTS

 

Ch'page chi, alle est faite pou les taïons, les taïonnes, les parints, les maîtes d'écoles ...J'in passe et des meilleux,  qui voudrotent bin  que l'z'infants, i seuchent incore parler l'viux langache du Nord de l'France, chti qui déquind de l'langue d'Oïl, el'Picard, el'rouchi, el'ch'ti... Bref, el'patois, comme in dit par ichi.L'page, alle s'ra arnouv'lée d'timps in timps. Des fos, vous y trouv'rez un poème, des fos, cha s'ra eune canchon, et i'ara toudis l'traduction, pou bin tout comprinde.

Cette page-ci est faite pour les grands parents, les parents, les enseignants...J'en passe et des meilleurs, qui voudraient que les enfants sachent encore parler l'ancien langage du Nord de la France, celui qui descend de la langue d'Oïl, le picard, le rouchi, le Ch'ti...Bref, le patois, comme on dit par ici. Cette page sera renouvelée de temps en temps. Parfois, vous y trouverez un poème, parfois, ce sera une chanson, et il y aura toujours une traduction des mots difficiles, afin de bien tout comprendre.

EUNE BONNE LECTURE !!

 

Herisson 1NOM D’UN PICOT !

                   Joëlle Jonas

                                                                                                                                                        

-Ha mes paufes pattes, mais qu’j’ai d’mau !

S’délaminte (se lamente) l’hurchon-picot (le hérisson)

- Mille milliards ed’caracoles (escargots) !

Nom d’un osiau dins s’guiole (sa cage) !

Quo qu’ch’est ch’quémin (ce chemin) plein d’caillaux,

Plein d’flaques d’iau et tout plein d’tros ?

Queulle idée d’passer ichi !

J’voulos foque un raccourchi (je ne voulais qu'un raccourci)

Pou daller à mon Nini (à la maison de Nini, chez Nini)

Mais j’sus perdu, je l’vos mie (je ne la vois pas).

Tiens, qui ch’est qu’i-avinche la-vau (là-bas)?

Manmère ! Ch’laid djape ed’crapiaud !

Quo qu’té fais là, affreuseté ?

-J’fais comme ti, j’vas querre à mier (chercher à manger)Crapaud

Té veux bin m’laisser passer ?

Té vos bin que j’sus pressé !

-Hé duchemint, biête ed’sorchelle (sorcière) !

Té m’as l’air bin à l’foufièle (énervé) !

-J’veux bin croire, j’m’in vas à l’mare

Dusse qu’i-a guernoules et têtards.

In y fait guinse (bonne chair) ed’moustiques.

Inlève-te d’là, biête à piques !

-Mais ch’est l’mare de l’tiote Nini.

Cha quet bin, j’y vas aussi.

-Mais j’sus bénache (content) de l’savoir.

Allez, l’hurchon, bin l’bonsoir !

-Euh, j’peux y daller avec ti ?

Si té veux de m’companie…

-J’sus donc pus eune affreuseté,

qu’té veux d’mi à tes côtés ?

-Ch’est pou t’faire im .marvoïer (te taquiner)

Ch’est foque eune façon d’parler.

-Mouais… Bon, infin, dallons-y !

In va point y passer l’nuit.

Mais quo qu’té viens faire ichi ?

Té caches (cherches) à moustiques aussi ?

-J’té rappelles qu’j’sus un hurchon.

Mi, ch’est putôt des lumchons (limaces),

Mais j’ai quer (j'aime) aussi les pons,

Herisson 2Et justémint, ch’est l’saison.

L’tiote, alle m’in donne des morciaux.

J’ai pus qu’à rimplir m’gasiau (mon gosier).

In pus, a m’fait des caresses,

A m’parle, a m’donne des tiotes baisses (bisous, baisers).

-Cha l’imbête pas, tes picots ?

Té t’moqueros point d’mi, des fos ?

-Non ! Nini, ch’t’eune galuriette,

Qu’alle a fort quer les tiotes biêtes.

T’as qu’à v’nir l’vir avec mi,

J’té dis point des mintiries (mensonges).

-Mi, j’ai plein d’porgeons (verrues) su m’dos.

Ch’est bin pire equ’des picots.

Quind alle va m’vir arriver,

Alle va m’donner des cops d’pied !

-Mais non, viens donc que j’té dis !

Tiens, passe ed’vant. Mi, j’te suis.

Bin sûr, l’hurchon, biête rusée,

I voulot foque artrouver

L’quémin des pons (pommes) à Nini,

Avint qu’i faiche (avant qu'il ne fasse) noirte nuit.

L’crapiaud ? l l’avot point quer !

I-étot laid comme el’mijère !

I-espérot bin sûr qu’l’infant

L’arpousserot friand-battant (le repousserait vivement).

Mais infin, v’là les deux biêtes

Arrivées dis eune voïette (petite allée).

Pas bin lon, in veyot l’mare.

Cha va, i-étot point trop tard.Crapaud

L’tiote fille, alle venot duchemint.

Alle avot quète cosse (quelque chose) dins ‘main.

Les morciaux d’pons, forchémint !

Abile, l’hurchon, i-avot faim !

I s’dépêche su ses tiotes pattes.

Et l’crapiaud ? Tant pire, qu’i s’gratte !

-Tiot hurchon, té v’là infin !

Ravise, v’là chi un copain.

Alle ouve es’main. Quo qu’i vot ?

J’vous l’donne un mille : Un crapiaud !!

-J’y ai attrapé plein d’mouquerons (moucherons).

Point eu l’temps d’cueiller des pons.

T’in fais point. T’in aras d’main.

Ch’tiot là aussi, i-avot faim.

Pindant qu’l’hurchon, i s’in r’va,

Ses picots pindant bin bas,

Qui ch’est qu’i rigole plein s’panche ?

L’preume crapiaud (le premier crapaud), qu’i-a eu s’n’arvanche (sa revanche)!!

Ajouter un commentaire

 
×