PICARDROUCHI

L'ROUCHI POU L'Z'INFANTS; lE ROUCHI POUR LES ENFANTS

 

Ch'page chi, alle est faite pou les taïons, les taïonnes, les parints, les maîtes d'écoles ...J'in passe et des meilleux,  qui voudrotent bin  que l'z'infants, i seuchent incore parler l'viux langache du Nord de l'France, chti qui déquind de l'langue d'Oïl, el'Picard, el'rouchi, el'ch'ti... Bref, el'patois, comme in dit par ichi.L'page, alle s'ra arnouv'lée d'timps in timps. Des fos, vous y trouv'rez un poème, des fos, cha s'ra eune canchon, et i'ara toudis l'traduction, pou bin tout comprinde.

Cette page-ci est faite pour les grands parents, les parents, les enseignants...J'en passe et des meilleurs, qui voudraient que les enfants sachent encore parler l'ancien langage du Nord de la France, celui qui descend de la langue d'Oïl, le picard, le rouchi, le Ch'ti...Bref, le patois, comme on dit par ici. Cette page sera renouvelée de temps en temps. Parfois, vous y trouverez un poème, parfois, ce sera une chanson, et il y aura toujours une traduction des mots difficiles, afin de bien tout comprendre.

EUNE BONNE LECTURE !!

 

LES GUIRLANTES ED’NOEL

                                                                                                    Joëlle Jonas

Noel sapins024Dins eune caisse au guernier,  tertous i-est in foufièle.(tout le monde est énervé)

In dort pus, in acoute car ch’est bétôt Noël.

Qui ch’est qu’in va quésir (choisir) dins ches décorations ?

Qui ch’est qu’i-ara l’honneur d’imbellir el’mason ?

Alles ont tous les couleurs, et ch’est bin là l’problin.me,

Car, tous l’z’ans, in in cange (on en change), in prind jamais les min.mes.

Un cop, ch’est rouche o vert. Un cop, ch’est tout in blanc.

Cha dépind d’ches invies et du goût d’ches infants.

Un cop, ch’t’un vrai sapin. Un cop, ch’est in plastique.

Dins les boîtes, in discute et in s’invoe (on s'envoie) des piques.

Mais i nd a deux surtout, ch’est  vramint des rogneusses (colériques) :

Ch’est l’guirlante argintée avec el’guirlante bleusse (bleue).

Min.me, si qu’alles in aurotent (si elles en avaient), alles in viendrotent aux mains :

Plus souvint in brisbroule (à se disputer) qu’à s’faire des tiots câlins !

-Ch’est mi qu’j’vas y daller. Ti, t’es pus bielle assez.

Comme t’es là, t’arsannes (tu ressembles) tout à du fil barbélé !

-Ha bin, té peux parler ! Tin bleusse, ch’est pus du bleusse.

T’es restée trop longtimps au fond d’eune lessiveusse ?

J’sus bin sûre qu’in va m’prinde, espèce ed’nez à mouques (insulte:"nez à mouches") !

Noël,i s’ra d’argint. Adon, té freumes (tu fermes) et’bouque !

-Cha s’ra bleusse, cha s’ra bleusse ! Et pis un point, ch’est toute !

Va-t’in don t’rimpleumer (te remplumer), misérape cat d’Août !

-Tais-t-te, j’intinds quète cosse (quelque chose). Ch’est ches infants qu’i montent.Noel sapins024

In prindra un aute jour pou nous régler nos comptes !

Et in effet, ch’est cha, v’là les tiots qu’i viennent querre (chercher),

Tout chu qui, à Noël, dins l’mason, f’ra l’leumière.

Cha babèle, cha discute. Dins les boîtes, ch’est silence.

Ches guirlantes, a s’demandent qui ch’est qu’i-ara de l’chance.

Pierre, i dit à Julie : « In prindrot deux couleurs ?

Cha cangerot qu’d’in prinde qu’eune. Hein, quo qu’t’in dis, tiote sœur ?

-Mais ouais, que bonne idée ! Mi, j’quésis (je choisis) arginté !

-Et mi, j’vas quésir…Bleusse ! Ch’est biau, mis à côté.

-Tiens, prinds don ches guirlantes. Alles sont déjà à deux.

-Alles sont pus vramint fraiques (fraîches), mais, allez, si té veux…

Ch’est ainsin qu’les maguettes (chèvres,  pour "bavardes"), a s’sont r’trouvées loïées (liées),

Bin fières su l’grind sapin, tout biellemint décoré.

Et du cop, alles se sont/ pus jamais disputées.

Inter les deux guirlantes, i-avot v’nu… L’amitié !!

Ajouter un commentaire