Créer un site internet
PICARDROUCHI

Vos ouvraches d'écriture

Su ch'page chi, j'vas mette tout chu, qu'vous, diseux, canteux, écriveux, voudrez bin m'invoïer. Cha s'ra un tiot peu pou continuer l'z'écanches qu'in a eus avec "Cornes à virus; infreumés à l'mason".

A vos pleumes! 

Pou commincher, un conte ed'Jacques Defolie (Jacques nous a hélas quitté en Janvier 2021)

 

Stylo1

 

 

Ch'burre pis ch' pain ed quate lifes

 

 

Mi ej'm’édminde tojours cmint equ Philidor i foait pour éte au courant ed tout ch'qui s'passe dins nou poéyis. Os savez t-y l' darniére qui vient d'em' conter...? Ch'est eine rude histoére et pis, cha ch'est seure, qu'y o equ din nou poéyis qu'cha peut arriver edz' affoaires parelles. Ch'est eine dispute inter ech cinsier d'ech catieu, infin ed l'incien catieu pisqu'edpus l'djerre ed quarante y o pus d'catieu, et pis ech boulingii d'ech poyéis ed chés cahouins. Chés cahouins ? Os savez point ed quoé qui s'agit… Bé lo ch'est toute… Ch'est chés gins d'ech tchout poéyii ed l'eute coté d'ech pont. Fut eine époque is étoétent tellmint paufes pis i sintoétent tellmint mawais qu’iz sortétent ed leu patlin qu'à l' breune. Conme chés cahouins. Chés cots huants si oz'ainmez miux. Ech seurnom l'est resté ch'est toute…

 J'in r’vyins à m' n'histoére qu'os m'in avez déturbé avuc vou tchestions. Adonc ech cinsier d'ech catieu pis ech boulingii ed chés cahouins is s'sont indjeulés. Pourquoé ? Pour eine histoére ed burre i s'sont matchés, à ch'point qui s'parlté pus. Ch'est ti point malhéreux ed vir cha. Ed'z'amis ed trinte énnées..J'ai djo intindu cha tchéque par, mais d'où pis par tchéche…Cha  m'ervarro, infin pététe…

Feut qu'ej vous dise, ech boulangii lo ch'est ein as. Ch'est ch' roé d'el brioche et pis d'ech gatieu battu qu'o sert par ichi ech jour ed chés conmeunions. Ch'est ein espécialisse ed cha. Ch'est li qui, pindint d'z'énnées, i l’o foait ch'pain bénit qu'o donnoait pindint l' grand messe d’al’ diminche. J'y alloais point souvint à l'messe mais à chaque coeup j’em' régaloais. Ej' vos vos dire eine cose. Dins ch'timps lo i avoait deux fanmes qu'alles coupoétent ech pain bénit. Mamzelle Ad'laïde qu'alle fsoait des titchouts morchieux pis l'mére Andechy. Alorss elle, alle fsoait des bieux morchieux. Si os voulez m'n'avis mamzelle Adlaïde alle d'voait n'in mette ed coté pour elle. Ch'étoait eine punaise ed bénitii...Elle, pis sin capieu ed palle noére avuc deux cérises dsus… Pis s'landje ed vipére… Et cha alloait à l' messe tous les jours…Infin, bon, bref.

Adonc ech boulinger lo ch'est vraimint ch' campion d’el' brioche. Pour cha i n' prind equ du burre ed prémiére qualité. I l’est à gvau là dsus pis i n'y o equ deux ou trois fermiis qui li vindent leu burre. Pasque, ech burre qui vut, i feut qui fuche seur qu'i fuche foait dins chés régues qui vouloait, li. Ch'est un tétu mais, hein, feut ch'qui feut. Chti qui y in vindoait l' puss ch'étoait just’mint ech fermii d'ech catieu. Ch'est conme cha edpus... I s'sont conneu à l'école ch'est vous dire. Tous les matins, à l' pointelette d'ech jour, ch'est ch'fiu d'ech fermii qui vient porter ech burre qu'o z'o foait conme l'eute i l' veut. Ch'est conme eine tradition. In meume temps i prind ech pain d’el' journée pour sin pére pis chés ouvriis. Tout cha ch'est Philidor qui l'dit. Mi ej'sus tojours à m éd'minder cmint qui peut savoér tout cha. Ch'est i seulmint vrai...? Bref.

L'eute matin ech gamin i l’inméne ech burre, pis i prind sin pain. Dins l'matinée i rapasse après avoér été in conmission mond Berly. Ch'boulingii i li dit avuc ein air d'in avoér deux:

- Dis, ch'tchout, tu diros à tin pére qui vyinche m' vir. Ch'est pour ech burre equ tu m'o inmné t't'à l'heure.

A chinq heures d'ermontée ch'fermii i vient l' vir conme i l’y o dmindé

- A ch' qui s'paroait, tu vux m'vir pour ech burre. I o tchéque cose qui vo point...? A m'n'avis i l’o point pu rinchir ech temps ed vnir d’el' ferme dusqu'ichi...

- Nan, ch'est point cha. Tin burre i l’est fin boin. Gane conme i feut, fréque pis fin boin pour em' brioche et pis mes gatieux battus. Nan, ch'est point cha. Eine tchestion in passant... T'es seur equ tin fiu i s'arréte point in route  tchéque part...?

- Min fiu...? J’el' seurvelle point si tant mais cha m'étonneroait d’es' part. Ch'est ein gamin tout ch'qui  y o ed bién. Jamoais ein mot pus heut equ l'eute. Nan, ej' pinse point qui s'arréte tchéque part d'eute qu'ichi. Tu pux m' dire à quoé qu'cha rinme tout cha pis tes tchestions.

- J'sus ein mollé imbété ed dire cha mais j'ai ermartché edpus tchéque temps qu'ech' poéds y est point conme i feut qui fuche...

- Cmint eine affoaire parelle. T'es ti seur ed ti...?

- Seur, seur… O l'est jamoais vraimint  Infin, à matin ,ch' burre equ tin fiu i m'o inmné ej' l'ai pesé... Dus deux tchilos, i l’in mintchoait chint chinquante grammes... Quoé qu't'in pinses, ti...?

- Alors, bé lo, tu m' seurprinds. Justmint ech burre d'à matin mi étou ej' l'ai pesé...

- Tu l'os pesé, ti... Pis y avoait ech compte, ch'étoait juste...?.

- Bé, si tu vux m'n'avis, ouais. Vu qu’ej' l'ai pesé avuc ech pain ed quat' lifes equ tu m'os vindu...

Philidor i dit qu'ech boulingii i l’o ouvert et pis rfreumer s' bouque conme si qu’i l’avoait du mau à respirer. L'eute i l’erbéyoait avuc un tchotte risée fin amiteuse. Alors ech boulingii i li o foait vir el porte sins dire eine flépe ed mot. I l’étoait rouche conme eine pion-ne. Philidor i dit qui n'sait point si ch'étoait ed rache ou ed's'éte foait prinde à sin prope ju.

Dpus ch'temps lo i n's'parltent pus pis cha o foait du bruit dins ch'poyéis. Y in o qui dis’tent equ ch'est ch'ti qui croéyait prinde qu'o été prind et pis equ c'est bien foait. Mi, os savez, ej'pinse  qu’ ech ti qui triche i finit tojours par es'foaire prinde... Ch'est l'meume cose... Oz étes seur...? Ah bon, si o l'disez......

D'el chicorée dins min café...? Mais j'in mets jamoais…Bé lo ch'est toute...

 

Jidé 17/09/2004

 

Bé lo ch'est toute. Merci, Jacques! Arpose in paix.

 

114


Nicolas Minair, i partache avec nous ses biaux haïkus, qu'i a pris l'pin.ne ed'mette in rouchi.

 

Breune

meuglemint de l'vaque      Vache 017

Bin à l'heure !

 

Ascinsion

el vint i-escalate

Arbrel'acacia

 

Solel qu'i s'couque

Padrère eune montane ?

Core eune paire ed'braises
Soleil couchant

 

114

 


Eune fos, ch'est pas coutume: V'là chi un poéme ed'mi min.me. J'l'ai d'abord écrit in français, pis après in rouchi. V'là:

 

IMBIANCE

                                                                                                                                                                                    Joëlle Jonas

 

Dusse qu’alle est don, leu bouque ? Dusse qu’i-est passé, leu nez ?

Qui ch’est ches drôles ed’gins, qui peuv-tent pus s’toucher ?

J’vos pus autour ed’mi qu’des yux pleins d’soumission,

Des démotiés d’figure, qu’alles muchent leus émotions.

Leu mots, i quètent par tierre, i z’ont pus d’liberté.

Min.me pou des cafougnettes, i pin.nent à s’rassan.ner.

Ch’est su des murs ed’verre, qu’i dessin-tent leu vie.

I z’ont donc pus d’colère ? Et dusse qu’i sont, leus cris ?

Tant qu’les doupes, i tourn’ront, l’Tierre, alle pourra tourner.

L’Tierre, alle pourra tourner…Comme i tourn’rot du lait.

C’pindant, j’intinds des rires, d’l’joie dins des masons.

J’intinds résonner l’vie, comme un écho v’nant d’lon.

J’vos des mains, qu’alles se tindent pou faire eune tiote caresse.

J’vos des bouques qu’alles attindent foque pou faire eune tiote baisse.

I z’ont leus yux pou vir, leus orelles pou intinde.

I comperdront un jour, qu’i sont point cosses à vinde.

L’Tierre, alle pourra tourner, dins s’Bleu ravigoré.

L’Tierre, alle pourra tourner, dins eune Paix artrouvée.

 

114

 


Et coucou, rev'là chi des nouviaux Haïkus d'NICOLAS MINAIR. C'cop chi, ch'est mi que j'les z'ai mis in rouchi. Bravo à ti, Nicolas! 

 

Soleil couchant 1Clin d'œil du soleil                        Coin d’oel de ch’solel
à la fenêtre de l'immeuble            a l’ferniête d’l’immeupe
une éclaircie ?                              eune écappée?

Chêne fêtard                                 Quêne in habits d’fiête   Arbre
ton ombre indique                         tin ompe, alle moutre
midi d'automne                             midi in automne                       

VentRafale                                            Cop d’vint
le vent lui aussi se hâte                 Abile, abile, li aussi, i-a invie
d'aller à l'école !                             d’daller à l’école !

Hommage à Verhaeren *               Hommache à VerhaerenLivre signe010
le temps de la lecture                    pindant qu’in lit               
le soleil s'invite                              l’solel, i s’invite

* poète belge

ArbreSoleil blafard                                   Solel à l’iau

le saule a trop mis                           l’sau, i-a mis

de fond de teint!                              trop d’pourrette !

 

Retour de week-end                        Arvenu du diminche à l’merParapluie 3

la pluie a fait ses devoirs                 l’pleufe, alle a fait ses d’voirs

ses cahiers trempés !                      ses cahiers trimpés !                

114 1


Et v'là eune tiote cacoule ed'Jeannine Jonas. Ch'est l'vérité vraie! Cha a arrivé à s'copine :-)

 

Pieds de cochon

 

"Em copine,el sémin dernière,al avot commindé 6 pieds ed cochon din in grande surface.El lundi al sin va les quer
y avo eu in erreur,ils avot archus des langues ed pourchau.Al inrpass el commande pour mardi.Il l'avot oubliée
ils arpassent pour el jeudi.Jeudi al arrive ,ils étotent là.Al prind les 6 pieds d cochon dans 2 paquets de 3.Comme al avot pas pris ed caddy
cha péso à ses épaules.Du co al déminde à in caissière ,si al peut déposer sin sac et sin va quer un caddy.Du co al inrfait in paire ed courses
.Arvénue à l'caisse al met ses commissions sul tapis,et al s'aperço qu'il y manque un paquet ed pied ed cochon.Tant qu'al faiso ses courses
in y avot pris un paquet.Et vla l'histoire ed Nicole et tsè pieds ed cochon."

 

Des pieds d'pourcheau qu'i z'ont voïagé! Merci à m'soeur pou ch'l'anecdote, qu'alle nous a fait bin rigoler. Ch'est pas biau de s'moquer, mais bon, cha pourrot nous arriver :-)

 

114 1


 

Francine Crombez, une désormais fidèle du Cercle du Moulin, nous livre ici un joli souvenir de famille.

Mémère Mélia

 

 

Elle s’appelait Amélia, je trouve que c’est un joli prénom. Seulement, chez nous, tout le monde disait « Mélia » à commencer par mon grand-père. Et on parlait le patois.

Grand-mère est née en 1886, elle s’est mariée jeune, à 16 ans ½ et est restée sans enfant pendant 7 ans. Elle a donc eu le temps de se préparer parce qu’après être allée prier Notre-Dame à Bonsecours, elle en a eu sept, cinq garçons et deux filles.

Au fil des naissances, il s’est avéré que sa première pensée du matin, c’était ce qu’elle allait donner à manger à sa marmaille à midi. Grand père travaillait à la mine, il lui fallait donc gérer la quinzaine de son époux et être créative pour régaler sa famille.

Cette préoccupation du repas de midi ne l’a jamais quittée, même après que les enfants se soient mariés. Mais elle avait encore sa plus jeune fille qui était célibataire. Trois personnes à nourrir, elle gardait la main.

Lorsque je fus embauchée à Usinor, mon lieu de travail n’était pas très éloigné de chez elle. Entre temps, grand-père était décédé, et ma tante ne rentrait que le soir. Ce fut un bonheur pour elle de m’accueillir pour me requinquer après une matinée de travail.

Elle avait pris de l’âge mais sa cuisine était toujours aussi bonne. Elle suivait le rythme des saisons : nous consommions les légumes du potager et ce qui se vendait à l’épicerie voisine. Evidemment, il y avait d’abord de la soupe. Peu lui importait la météo.

Un jour d’été, alors qu’il faisait chaud et que j’arrivai en nage après avoir effectué mon trajet à pied, elle me servit sa soupe de légumes. Moi, j’essayais de me rafraîchir et la soupe fumante provoqua un réflexe de mauvaise humeur de ma part : « tu ne te rends pas compte, de la soupe bien chaude avec la température qu’il fait dehors ! »

Mémère était grande, toute en rondeurs et avait un visage jovial. Son caractère était semblable à sa physionomie, elle se fâchait rarement. Alors, elle me répondit : « Té verras, pu tard té diras : duss’qu’al’ est m’grin’mère qu’al mé faisot del’ bonn’ soupe ? »

Cette phrase est restée dans ma mémoire et j’y pense encore souvent, en fait à chaque fois que je regarde sa photo posée sur la commode. C’était une époque heureuse mais à 18 ans on regarde vers l’avenir, on ne s’intéresse pas tellement à la vie des anciens. Pourtant j’écoutais quand elle racontait des anecdotes de sa vie. Je l’entends encore.

Plus tard, j’ai tenté de réparer mon erreur en explorant la généalogie de sa famille et j’ai fait des découvertes. Au fil de mes recherches, des bribes de conversations me sont revenues et m’ont permis de raccrocher certaines branches. Elle parlait parfois d’un cousin qu’elle affectionnait : « em’cousin Henri Découx ». Eh bien, je l’ai retrouvé son cousin … Mais c’est une autre histoire …

Merci à ti, Francine!

 

114 1


 

Guy de Ch'bos, l'grind auteur patoisant de ch'Pas d'Calais, i raconte ichi eune bielle histoire, fin émouvante.

 

EL'BRISBROULE       Scene de menage

Germaine "Viens vir Jules, i s'in vont !".

Voix off . Muchés derrière leu rideau, Jules et Germaine assistent au départ in vacances ed' leu visins , Henri et Marguerite.

Jules  "Que foufteux ,m'n' homme-là. I n'a même point cangé ses reules ed' derrière ! tant pire pour li si qu'i s'fait ahouper par la police ! Cha fait vingt ans d' bon voisinache, cha fait vingt ans qu'in s'rind service à l'un l'aute! Ches gosses i z'ont été el'vés insonne ! Cha fait vingt ans qu'in fait sin gardin in discutant par ech' tro d'l'hayure. Quand Marguerite et Henri i s'in vont passer deux mos à mon d'leu garchon à Draguignan, c'est mi que j' gardos ches clés de l' mason . Et ch't' année, Marguerite et Henri i s'in vont sans dire à-r'voir!

Germaine "Té vos Jules, j'ai l' cœur poché..après tant d'années....et pis n'n' arriver là !"

Jules "Que veux-tu faire, i est têtu comme eun' bourrique, et ch'n'est point de m' faute, ch' t' histoire -là !"

 Voix off  Ch' t 'histoire-là, ch'étot chelle ed' Kiki, un bâtard d' Labrador qu'Henri i avot adopté. Un bon toutou, mais un peu armuant, et in plus, Kiki i s' sintot à mon Jules comme à s'mason : i avot drot à sin chuque  et i n'arnonchot point sus ches restes de ch' dîner. L'innui, ch'est qu'à chaque fos qu' Jules i s'indormot pour faire eun' tiote sieste, Kiki dins s' niche,i n'arrêtot point d' braire,ou d' aboïer pour un rien, après un osieau dins un ape ou après un pêqueux qui pêquot el' long de ch'canal au bout de ch' gardin.

Jules " Tin tchien i n'arrête  point d'wigner au momint que j' m'indors ! Té devros l' rintrer Henri !Ch'est tous les jours! Cha comminche à bien faire! "

Voix off  Et pis, un jour Jules i artreufe sin parc d' haricots complèt'mint saccagé. Kiki ,in creusant des tros dins l' terre avot dû confonde avec el' plage ed' Malo, in plus, i s'étot acharné sur chaque rame qu' Jules i avot plantée au pied d' ses p'tits pos.

Jules  "Viens-chi vir ,Henri,  el' dallache que tin tchien i a fait !Ravise-me cha

l' carnache! J'n'ai pus qu'à arcommincher! J'vas finir par boucher l' tro d'l'hayure!"

Voix off. Un jour, Kiki i a été faire el' sot sur les berges de ch' canal : i a disparu quèques z' heures, et i est arvénu pour mourir dins les bras d' sin maîte.

Henri   " Ch'est ti Jules équ' t'as impoisonné min tchien ! Té devros ête honteux d'avoir fait eun' affaire parelle! Tout cha parc' qu'i t'impêchot d' dormir et qu'i allot dins tes parcs! Arcule - te ou bien j' te finds t' tiête in deux avec min louchet ! Assassineux ! Canalle !"

Voix off.  El' broulle avot débuté. In s' parlot pus : chacun ouvrot dins sin gardin sans raviser l'autre. Quand Germaine all' faijot ses courses, all' évitot d'intrer dins l' bouch'rie dù qu' Marguerite all' s' trouvot..........

 .......Ches visins partis pour deux mos, Jules et Germaine aurottent pu arprinde eun' vie normale et tranquille......

Germaine ."Mais arrête ed ' busier à cha, Jules, cha va finir par t' rinde malade !"

Jules  ;" Ch'est facile à dire. Te sais, j'a été à l'Mairie querre eun' copie de ch' l' arrêté de ch' Maire qui dijot qu'y allot avoir des appâts impoisonnés pour lutter contre ches rats el' long de l' berge de ch' canal et j'a été l' mette dins leu boîte à lettes!"

Voix off  Et puis ,débousé , il li arrivot d' jech'ter un coup d'œul sus l' gardin dù

qu'i étot interré Kiki.

Jules "Ravisez- me cha ! Que braque, ch' tilà ! i est parti et i n' a même point arraché ses carottes ! Ches mulots i vont ête à l' ducasse ! Des nantaises ed' première qualité !"

Voix off. Et comme avant , Jules i a  passé par ech' tro de ch'l'hayure, i a arraché ch' parc ed' carottes et i s' a mis in route à les mette in muches comme in fait dins nou coin pour les protéger du frod et d' ches nuisipes: eun' bonne couche ed' palle et un couv'lèche ed' bouilleusse in haut de ch' l'ouvrache......

......  Ch't' année-là, Henri et Marguerite sont rintrés pus tôt qu' d'habitute. Là-bas, ches infants grandiss'nt, i z' ont chacun leu chambre et l' plache comminche à manquer. In déchargeant s' carrette, Henri faijot vir sin gardin et pis l' muche à

s' femme .

  El'  lendemain....

Germaine ."Jules, in buque à l' porte ! A m'mote équ'ch'est Henri ! Vas  vir quoi qu'i veut !"

Voix off .Ch'est in effet Henri, accompagné de s'femme Marguerite, un peu gênés .

Henri ." In peut rintrer , si ch'n'est point vous imbêter?"

Jules .- " Nan, nan , rintrez, allez, prénez eun' caïelle !

Henri ."Acoutez, in a trouvé ch' papier d'la Mairie ! Et pis , j'a vu qu't' as fait eun' muche à mes carottes ! In a d'l'angouche ed' savoir disputé ainsi ! Alors, pour nous faire pardonner, in vous a rapporté eun' bonne boutelle ed' là-bas et in va l' boire insonne ! Dins tros jours, ch'est Noël , si in pourrot arvife amiteus'mint comme avant cha s'rot not' pus bieau cadeau !"

                                                                              Guy Dubois

 

Grind merci, Guy! Avec tout chu qu'i s'passe, in dévrot s'réconcilier avec tous cheux lale qu'in est in brisbroule avec :-)

 

114 1


Michel Duwelz, grind définseur de l'langue Picarde, i nous raconte ichi eune histoire d'osiau, qu'i babelle (bavarde) un tiot peu d'trop!

 

El papegaye dé m’ tayone

Perroquet 032

Cha fét d’cha tout jusse eun sièque, des masses ed visiteurs is ont v’nus nous vir aveuque armes et bagaches ; is tot’t putôt du ginre mourdreux.

M’ ratayone avot eun fieu et eune bachelette, et all ne voulot pos qui lieu z’arrife arnioque. Felmint all a kerqué ses affaires dins un cabas et is sont tertous dallé d’sus Lyon.

Quand ch’te malhureuse visite i-a té fini, is ont arvénus à leu mason mais is-avot’t in puque, dins eune guéiole, eun biau papegaye bin agazouillé.

Min tayon, d’sin côté, i-é arvénu del guerre et i-a bétôt arvu s’mékéne qui tôt achteure eune bielle jone file et l’av’nir i-étot d’vant eusses.

Pou s’ mariache, m’ tayone all a eu eune paire d’affaires d’ménache et au d’zeur, l’ papegaye qu’all avot fort ker, et cha n’étôt pos l’démotié d’eun,    l' coco. I-étot sexiste, i n’aimot pos les feimes à part m’ tayone. Eun d’ sés amus’mints favoris, ch’étot de s’mucher pa d’zous l’omère et quand les files all passot’ent du lon, all z’avot’ent drot à un biau cop d’biec. Mé i avot cor pus d’un tour dins s’malette. L’ sém’di, ch’étot jour du grand r’lavache. L’avant déner ch’étot pou l’mason, ouvrache sacré par chi. L’après déner ch’étot po les gins. L’ cuvelle all étot rintrée, l’caudron i-étot d’sus l’étuve d’pus l’matin pou l’iau caude. Les afans passot’ent in preumier et dès qu’is totent dins l’cuvelle, l’coco s’raménot, grimpot sur l’erbord et f’sot l’tour pou surquer au bon déroul’mint d’ l’opération. Si l’eune obin l’aute voulot dire eune séquoi, rad’mint i-arrivot et paf ! un cop d’biec. Ch’étot l’ terreur du lavache.

Eune fos, eune tante dé m’tayone arrife pou li faire eune visite. All buque à l'huis et all intind : «! », all pinse ouverre  l'huis mais i tot freumé. All arbuque et all intind : «entrez donc! » et l' matante ed' dire «jé n'peux pos man Berthe, l'huis i-est serré», et l'coco de s'mète à rigoler.

   Au bon timps, m’mémère all lé métot sus l’corde à linche dins l'gardin pou qui prenne l'air. Al débout du courti, i avot eune piéchente qu' les mineurs prénot'ent pour d'aller à l'tiote gare du quémin d'fier des mines qui tot à eune trintaine d'mètes. In passant, chés mineurs i f'sot'ent indéver l'coco et li d'leu réponte «! Coule !». D' timps in temps ch'étot li qui les f'sot amarvoier. Dès qui les véyot d' lon, i s'métot à chiffler come si l' train i arrivot in gare ; les mineurs is s'métot’t à cœurir pou n’ pos l’rater et li, fin bin contint, i riot tout c’qui pouvot. Eune fos, i-a minme chifflé comme l’ chef dé gare et l’train i-a c’minché à daller. Bin sûr, i-étot aux anches.

Pou finir chuqué j’ mé ramintuve, l’coco i tot roufion. Si eune visène v’not faire eun bal d’vant eune tasse ed jus, el soir quand m’ grand-père i rintrot de s’n’ouvrache, i grimpot d’sus s’ n’épeule, i s’approchot dé s’n’oréle et «bzee bzee …» i f’sot comme les fèmes qui d’vist’ent d’leu tiots s’crets. M’ grind-père i savot qui avot eu del   visite dins l'jornée.       

   Bin seur, coco, l’rest’ du timps donnot s’n’aviss d’sus tout et d’sus rin. Ch’étot vraimint eun malin. I n’sé contintot pos d’répéter chu qu’i intindot, i disot s’lon s’ n’idée.

   Et pis, eune après déner, l’coco i-étot sus l’tot del cambuse et i-a quéhu, i avot s’biec brisié et i-é mort pau d’tems après. I-é d’allé ertreuver tous l’z’autes coco pou lieu dire tout chu qu’i avot fait à les cheux qui crot’ent tout savoér.

                                  

                                                         Michel Duwelz.

Merci, Michel! Hé, ouais,i faut faire attintion d'bin quésir s'biête ed'companie! :-)

Perroquet 032

 

114 1


Note amisse jean-Marie Braillon (vir el'pache URCON PICO), i nous live ichi un dessin fort d'actualité!

Variure ingliche 001114 1


 

Commentaires

  • Gérard PLATEVOET
    Un plaisir de lire ces textes en rouchi, parlache si proche de mon tournaisien.
    • JONAS jOELLE
      • JONAS jOELLELe 08/02/2021
      Merci, Gérard! Au plaij aussi de t'lire, ti pis Alexandra su vo journal.

Ajouter un commentaire