Créer un site internet
PICARDROUCHI

Vos ouvraches d'écriture

Su ch'page chi, j'vas mette tout chu, qu'vous, diseux, canteux, écriveux, voudrez bin m'invoïer. Cha s'ra un tiot peu pou continuer l'z'écanches qu'in a eus avec "Cornes à virus; infreumés à l'mason".

A vos pleumes! 

Pou commincher, un conte ed'Jacques Defolie (Jacques nous a hélas quitté en Janvier 2021)

 

Stylo1

 

 

Ch'burre pis ch' pain ed quate lifes

 

 

Mi ej'm’édminde tojours cmint equ Philidor i foait pour éte au courant ed tout ch'qui s'passe dins nou poéyis. Os savez t-y l' darniére qui vient d'em' conter...? Ch'est eine rude histoére et pis, cha ch'est seure, qu'y o equ din nou poéyis qu'cha peut arriver edz' affoaires parelles. Ch'est eine dispute inter ech cinsier d'ech catieu, infin ed l'incien catieu pisqu'edpus l'djerre ed quarante y o pus d'catieu, et pis ech boulingii d'ech poyéis ed chés cahouins. Chés cahouins ? Os savez point ed quoé qui s'agit… Bé lo ch'est toute… Ch'est chés gins d'ech tchout poéyii ed l'eute coté d'ech pont. Fut eine époque is étoétent tellmint paufes pis i sintoétent tellmint mawais qu’iz sortétent ed leu patlin qu'à l' breune. Conme chés cahouins. Chés cots huants si oz'ainmez miux. Ech seurnom l'est resté ch'est toute…

 J'in r’vyins à m' n'histoére qu'os m'in avez déturbé avuc vou tchestions. Adonc ech cinsier d'ech catieu pis ech boulingii ed chés cahouins is s'sont indjeulés. Pourquoé ? Pour eine histoére ed burre i s'sont matchés, à ch'point qui s'parlté pus. Ch'est ti point malhéreux ed vir cha. Ed'z'amis ed trinte énnées..J'ai djo intindu cha tchéque par, mais d'où pis par tchéche…Cha  m'ervarro, infin pététe…

Feut qu'ej vous dise, ech boulangii lo ch'est ein as. Ch'est ch' roé d'el brioche et pis d'ech gatieu battu qu'o sert par ichi ech jour ed chés conmeunions. Ch'est ein espécialisse ed cha. Ch'est li qui, pindint d'z'énnées, i l’o foait ch'pain bénit qu'o donnoait pindint l' grand messe d’al’ diminche. J'y alloais point souvint à l'messe mais à chaque coeup j’em' régaloais. Ej' vos vos dire eine cose. Dins ch'timps lo i avoait deux fanmes qu'alles coupoétent ech pain bénit. Mamzelle Ad'laïde qu'alle fsoait des titchouts morchieux pis l'mére Andechy. Alorss elle, alle fsoait des bieux morchieux. Si os voulez m'n'avis mamzelle Adlaïde alle d'voait n'in mette ed coté pour elle. Ch'étoait eine punaise ed bénitii...Elle, pis sin capieu ed palle noére avuc deux cérises dsus… Pis s'landje ed vipére… Et cha alloait à l' messe tous les jours…Infin, bon, bref.

Adonc ech boulinger lo ch'est vraimint ch' campion d’el' brioche. Pour cha i n' prind equ du burre ed prémiére qualité. I l’est à gvau là dsus pis i n'y o equ deux ou trois fermiis qui li vindent leu burre. Pasque, ech burre qui vut, i feut qui fuche seur qu'i fuche foait dins chés régues qui vouloait, li. Ch'est un tétu mais, hein, feut ch'qui feut. Chti qui y in vindoait l' puss ch'étoait just’mint ech fermii d'ech catieu. Ch'est conme cha edpus... I s'sont conneu à l'école ch'est vous dire. Tous les matins, à l' pointelette d'ech jour, ch'est ch'fiu d'ech fermii qui vient porter ech burre qu'o z'o foait conme l'eute i l' veut. Ch'est conme eine tradition. In meume temps i prind ech pain d’el' journée pour sin pére pis chés ouvriis. Tout cha ch'est Philidor qui l'dit. Mi ej'sus tojours à m éd'minder cmint qui peut savoér tout cha. Ch'est i seulmint vrai...? Bref.

L'eute matin ech gamin i l’inméne ech burre, pis i prind sin pain. Dins l'matinée i rapasse après avoér été in conmission mond Berly. Ch'boulingii i li dit avuc ein air d'in avoér deux:

- Dis, ch'tchout, tu diros à tin pére qui vyinche m' vir. Ch'est pour ech burre equ tu m'o inmné t't'à l'heure.

A chinq heures d'ermontée ch'fermii i vient l' vir conme i l’y o dmindé

- A ch' qui s'paroait, tu vux m'vir pour ech burre. I o tchéque cose qui vo point...? A m'n'avis i l’o point pu rinchir ech temps ed vnir d’el' ferme dusqu'ichi...

- Nan, ch'est point cha. Tin burre i l’est fin boin. Gane conme i feut, fréque pis fin boin pour em' brioche et pis mes gatieux battus. Nan, ch'est point cha. Eine tchestion in passant... T'es seur equ tin fiu i s'arréte point in route  tchéque part...?

- Min fiu...? J’el' seurvelle point si tant mais cha m'étonneroait d’es' part. Ch'est ein gamin tout ch'qui  y o ed bién. Jamoais ein mot pus heut equ l'eute. Nan, ej' pinse point qui s'arréte tchéque part d'eute qu'ichi. Tu pux m' dire à quoé qu'cha rinme tout cha pis tes tchestions.

- J'sus ein mollé imbété ed dire cha mais j'ai ermartché edpus tchéque temps qu'ech' poéds y est point conme i feut qui fuche...

- Cmint eine affoaire parelle. T'es ti seur ed ti...?

- Seur, seur… O l'est jamoais vraimint  Infin, à matin ,ch' burre equ tin fiu i m'o inmné ej' l'ai pesé... Dus deux tchilos, i l’in mintchoait chint chinquante grammes... Quoé qu't'in pinses, ti...?

- Alors, bé lo, tu m' seurprinds. Justmint ech burre d'à matin mi étou ej' l'ai pesé...

- Tu l'os pesé, ti... Pis y avoait ech compte, ch'étoait juste...?.

- Bé, si tu vux m'n'avis, ouais. Vu qu’ej' l'ai pesé avuc ech pain ed quat' lifes equ tu m'os vindu...

Philidor i dit qu'ech boulingii i l’o ouvert et pis rfreumer s' bouque conme si qu’i l’avoait du mau à respirer. L'eute i l’erbéyoait avuc un tchotte risée fin amiteuse. Alors ech boulingii i li o foait vir el porte sins dire eine flépe ed mot. I l’étoait rouche conme eine pion-ne. Philidor i dit qui n'sait point si ch'étoait ed rache ou ed's'éte foait prinde à sin prope ju.

Dpus ch'temps lo i n's'parltent pus pis cha o foait du bruit dins ch'poyéis. Y in o qui dis’tent equ ch'est ch'ti qui croéyait prinde qu'o été prind et pis equ c'est bien foait. Mi, os savez, ej'pinse  qu’ ech ti qui triche i finit tojours par es'foaire prinde... Ch'est l'meume cose... Oz étes seur...? Ah bon, si o l'disez......

D'el chicorée dins min café...? Mais j'in mets jamoais…Bé lo ch'est toute...

 

Jidé 17/09/2004

 

Bé lo ch'est toute. Merci, Jacques! Arpose in paix.

 

114


Nicolas Minair, i partache avec nous ses biaux haïkus, qu'i a pris l'pin.ne ed'mette in rouchi.

 

Breune

meuglemint de l'vaque      Vache 017

Bin à l'heure !

 

Ascinsion

el vint i-escalate

Arbrel'acacia

 

Solel qu'i s'couque

Padrère eune montane ?

Core eune paire ed'braises
Soleil couchant

 

114

 


Eune fos, ch'est pas coutume: V'là chi un poéme ed'mi min.me. J'l'ai d'abord écrit in français, pis après in rouchi. V'là:

 

IMBIANCE

                                                                                                                                                                                    Joëlle Jonas

 

Dusse qu’alle est don, leu bouque ? Dusse qu’i-est passé, leu nez ?

Qui ch’est ches drôles ed’gins, qui peuv-tent pus s’toucher ?

J’vos pus autour ed’mi qu’des yux pleins d’soumission,

Des démotiés d’figure, qu’alles muchent leus émotions.

Leu mots, i quètent par tierre, i z’ont pus d’liberté.

Min.me pou des cafougnettes, i pin.nent à s’rassan.ner.

Ch’est su des murs ed’verre, qu’i dessin-tent leu vie.

I z’ont donc pus d’colère ? Et dusse qu’i sont, leus cris ?

Tant qu’les doupes, i tourn’ront, l’Tierre, alle pourra tourner.

L’Tierre, alle pourra tourner…Comme i tourn’rot du lait.

C’pindant, j’intinds des rires, d’l’joie dins des masons.

J’intinds résonner l’vie, comme un écho v’nant d’lon.

J’vos des mains, qu’alles se tindent pou faire eune tiote caresse.

J’vos des bouques qu’alles attindent foque pou faire eune tiote baisse.

I z’ont leus yux pou vir, leus orelles pou intinde.

I comperdront un jour, qu’i sont point cosses à vinde.

L’Tierre, alle pourra tourner, dins s’Bleu ravigoré.

L’Tierre, alle pourra tourner, dins eune Paix artrouvée.

 

114

 


Et coucou, rev'là chi des nouviaux Haïkus d'NICOLAS MINAIR. C'cop chi, ch'est mi que j'les z'ai mis in rouchi. Bravo à ti, Nicolas! 

 

Soleil couchant 1Clin d'œil du soleil                        Coin d’oel de ch’solel
à la fenêtre de l'immeuble            a l’ferniête d’l’immeupe
une éclaircie ?                              eune écappée?

Chêne fêtard                                 Quêne in habits d’fiête   Arbre
ton ombre indique                         tin ompe, alle moutre
midi d'automne                             midi in automne                       

VentRafale                                            Cop d’vint
le vent lui aussi se hâte                 Abile, abile, li aussi, i-a invie
d'aller à l'école !                             d’daller à l’école !

Hommage à Verhaeren *               Hommache à VerhaerenLivre signe010
le temps de la lecture                    pindant qu’in lit               
le soleil s'invite                              l’solel, i s’invite

* poète belge

ArbreSoleil blafard                                   Solel à l’iau

le saule a trop mis                           l’sau, i-a mis

de fond de teint!                              trop d’pourrette !

 

Retour de week-end                        Arvenu du diminche à l’merParapluie 3

la pluie a fait ses devoirs                 l’pleufe, alle a fait ses d’voirs

ses cahiers trempés !                      ses cahiers trimpés !                

114 1


Et v'là eune tiote cacoule ed'Jeannine Jonas. Ch'est l'vérité vraie! Cha a arrivé à s'copine :-)

 

Pieds de cochon

 

"Em copine,el sémin dernière,al avot commindé 6 pieds ed cochon din in grande surface.El lundi al sin va les quer
y avo eu in erreur,ils avot archus des langues ed pourchau.Al inrpass el commande pour mardi.Il l'avot oubliée
ils arpassent pour el jeudi.Jeudi al arrive ,ils étotent là.Al prind les 6 pieds d cochon dans 2 paquets de 3.Comme al avot pas pris ed caddy
cha péso à ses épaules.Du co al déminde à in caissière ,si al peut déposer sin sac et sin va quer un caddy.Du co al inrfait in paire ed courses
.Arvénue à l'caisse al met ses commissions sul tapis,et al s'aperço qu'il y manque un paquet ed pied ed cochon.Tant qu'al faiso ses courses
in y avot pris un paquet.Et vla l'histoire ed Nicole et tsè pieds ed cochon."

 

Des pieds d'pourcheau qu'i z'ont voïagé! Merci à m'soeur pou ch'l'anecdote, qu'alle nous a fait bin rigoler. Ch'est pas biau de s'moquer, mais bon, cha pourrot nous arriver :-)

 

114 1


 

Francine Crombez, une désormais fidèle du Cercle du Moulin, nous livre ici un joli souvenir de famille.

Mémère Mélia

 

 

Elle s’appelait Amélia, je trouve que c’est un joli prénom. Seulement, chez nous, tout le monde disait « Mélia » à commencer par mon grand-père. Et on parlait le patois.

Grand-mère est née en 1886, elle s’est mariée jeune, à 16 ans ½ et est restée sans enfant pendant 7 ans. Elle a donc eu le temps de se préparer parce qu’après être allée prier Notre-Dame à Bonsecours, elle en a eu sept, cinq garçons et deux filles.

Au fil des naissances, il s’est avéré que sa première pensée du matin, c’était ce qu’elle allait donner à manger à sa marmaille à midi. Grand père travaillait à la mine, il lui fallait donc gérer la quinzaine de son époux et être créative pour régaler sa famille.

Cette préoccupation du repas de midi ne l’a jamais quittée, même après que les enfants se soient mariés. Mais elle avait encore sa plus jeune fille qui était célibataire. Trois personnes à nourrir, elle gardait la main.

Lorsque je fus embauchée à Usinor, mon lieu de travail n’était pas très éloigné de chez elle. Entre temps, grand-père était décédé, et ma tante ne rentrait que le soir. Ce fut un bonheur pour elle de m’accueillir pour me requinquer après une matinée de travail.

Elle avait pris de l’âge mais sa cuisine était toujours aussi bonne. Elle suivait le rythme des saisons : nous consommions les légumes du potager et ce qui se vendait à l’épicerie voisine. Evidemment, il y avait d’abord de la soupe. Peu lui importait la météo.

Un jour d’été, alors qu’il faisait chaud et que j’arrivai en nage après avoir effectué mon trajet à pied, elle me servit sa soupe de légumes. Moi, j’essayais de me rafraîchir et la soupe fumante provoqua un réflexe de mauvaise humeur de ma part : « tu ne te rends pas compte, de la soupe bien chaude avec la température qu’il fait dehors ! »

Mémère était grande, toute en rondeurs et avait un visage jovial. Son caractère était semblable à sa physionomie, elle se fâchait rarement. Alors, elle me répondit : « Té verras, pu tard té diras : duss’qu’al’ est m’grin’mère qu’al mé faisot del’ bonn’ soupe ? »

Cette phrase est restée dans ma mémoire et j’y pense encore souvent, en fait à chaque fois que je regarde sa photo posée sur la commode. C’était une époque heureuse mais à 18 ans on regarde vers l’avenir, on ne s’intéresse pas tellement à la vie des anciens. Pourtant j’écoutais quand elle racontait des anecdotes de sa vie. Je l’entends encore.

Plus tard, j’ai tenté de réparer mon erreur en explorant la généalogie de sa famille et j’ai fait des découvertes. Au fil de mes recherches, des bribes de conversations me sont revenues et m’ont permis de raccrocher certaines branches. Elle parlait parfois d’un cousin qu’elle affectionnait : « em’cousin Henri Découx ». Eh bien, je l’ai retrouvé son cousin … Mais c’est une autre histoire …

Merci à ti, Francine!

 

114 1


 

Guy de Ch'bos, l'grind auteur patoisant de ch'Pas d'Calais, i raconte ichi eune bielle histoire, fin émouvante.

 

EL'BRISBROULE       Scene de menage

Germaine "Viens vir Jules, i s'in vont !".

Voix off . Muchés derrière leu rideau, Jules et Germaine assistent au départ in vacances ed' leu visins , Henri et Marguerite.

Jules  "Que foufteux ,m'n' homme-là. I n'a même point cangé ses reules ed' derrière ! tant pire pour li si qu'i s'fait ahouper par la police ! Cha fait vingt ans d' bon voisinache, cha fait vingt ans qu'in s'rind service à l'un l'aute! Ches gosses i z'ont été el'vés insonne ! Cha fait vingt ans qu'in fait sin gardin in discutant par ech' tro d'l'hayure. Quand Marguerite et Henri i s'in vont passer deux mos à mon d'leu garchon à Draguignan, c'est mi que j' gardos ches clés de l' mason . Et ch't' année, Marguerite et Henri i s'in vont sans dire à-r'voir!

Germaine "Té vos Jules, j'ai l' cœur poché..après tant d'années....et pis n'n' arriver là !"

Jules "Que veux-tu faire, i est têtu comme eun' bourrique, et ch'n'est point de m' faute, ch' t' histoire -là !"

 Voix off  Ch' t 'histoire-là, ch'étot chelle ed' Kiki, un bâtard d' Labrador qu'Henri i avot adopté. Un bon toutou, mais un peu armuant, et in plus, Kiki i s' sintot à mon Jules comme à s'mason : i avot drot à sin chuque  et i n'arnonchot point sus ches restes de ch' dîner. L'innui, ch'est qu'à chaque fos qu' Jules i s'indormot pour faire eun' tiote sieste, Kiki dins s' niche,i n'arrêtot point d' braire,ou d' aboïer pour un rien, après un osieau dins un ape ou après un pêqueux qui pêquot el' long de ch'canal au bout de ch' gardin.

Jules " Tin tchien i n'arrête  point d'wigner au momint que j' m'indors ! Té devros l' rintrer Henri !Ch'est tous les jours! Cha comminche à bien faire! "

Voix off  Et pis, un jour Jules i artreufe sin parc d' haricots complèt'mint saccagé. Kiki ,in creusant des tros dins l' terre avot dû confonde avec el' plage ed' Malo, in plus, i s'étot acharné sur chaque rame qu' Jules i avot plantée au pied d' ses p'tits pos.

Jules  "Viens-chi vir ,Henri,  el' dallache que tin tchien i a fait !Ravise-me cha

l' carnache! J'n'ai pus qu'à arcommincher! J'vas finir par boucher l' tro d'l'hayure!"

Voix off. Un jour, Kiki i a été faire el' sot sur les berges de ch' canal : i a disparu quèques z' heures, et i est arvénu pour mourir dins les bras d' sin maîte.

Henri   " Ch'est ti Jules équ' t'as impoisonné min tchien ! Té devros ête honteux d'avoir fait eun' affaire parelle! Tout cha parc' qu'i t'impêchot d' dormir et qu'i allot dins tes parcs! Arcule - te ou bien j' te finds t' tiête in deux avec min louchet ! Assassineux ! Canalle !"

Voix off.  El' broulle avot débuté. In s' parlot pus : chacun ouvrot dins sin gardin sans raviser l'autre. Quand Germaine all' faijot ses courses, all' évitot d'intrer dins l' bouch'rie dù qu' Marguerite all' s' trouvot..........

 .......Ches visins partis pour deux mos, Jules et Germaine aurottent pu arprinde eun' vie normale et tranquille......

Germaine ."Mais arrête ed ' busier à cha, Jules, cha va finir par t' rinde malade !"

Jules  ;" Ch'est facile à dire. Te sais, j'a été à l'Mairie querre eun' copie de ch' l' arrêté de ch' Maire qui dijot qu'y allot avoir des appâts impoisonnés pour lutter contre ches rats el' long de l' berge de ch' canal et j'a été l' mette dins leu boîte à lettes!"

Voix off  Et puis ,débousé , il li arrivot d' jech'ter un coup d'œul sus l' gardin dù

qu'i étot interré Kiki.

Jules "Ravisez- me cha ! Que braque, ch' tilà ! i est parti et i n' a même point arraché ses carottes ! Ches mulots i vont ête à l' ducasse ! Des nantaises ed' première qualité !"

Voix off. Et comme avant , Jules i a  passé par ech' tro de ch'l'hayure, i a arraché ch' parc ed' carottes et i s' a mis in route à les mette in muches comme in fait dins nou coin pour les protéger du frod et d' ches nuisipes: eun' bonne couche ed' palle et un couv'lèche ed' bouilleusse in haut de ch' l'ouvrache......

......  Ch't' année-là, Henri et Marguerite sont rintrés pus tôt qu' d'habitute. Là-bas, ches infants grandiss'nt, i z' ont chacun leu chambre et l' plache comminche à manquer. In déchargeant s' carrette, Henri faijot vir sin gardin et pis l' muche à

s' femme .

  El'  lendemain....

Germaine ."Jules, in buque à l' porte ! A m'mote équ'ch'est Henri ! Vas  vir quoi qu'i veut !"

Voix off .Ch'est in effet Henri, accompagné de s'femme Marguerite, un peu gênés .

Henri ." In peut rintrer , si ch'n'est point vous imbêter?"

Jules .- " Nan, nan , rintrez, allez, prénez eun' caïelle !

Henri ."Acoutez, in a trouvé ch' papier d'la Mairie ! Et pis , j'a vu qu't' as fait eun' muche à mes carottes ! In a d'l'angouche ed' savoir disputé ainsi ! Alors, pour nous faire pardonner, in vous a rapporté eun' bonne boutelle ed' là-bas et in va l' boire insonne ! Dins tros jours, ch'est Noël , si in pourrot arvife amiteus'mint comme avant cha s'rot not' pus bieau cadeau !"

                                                                              Guy Dubois

 

Grind merci, Guy! Avec tout chu qu'i s'passe, in dévrot s'réconcilier avec tous cheux lale qu'in est in brisbroule avec :-)

 

114 1


Michel Duwelz, grind définseur de l'langue Picarde, i nous raconte ichi eune histoire d'osiau, qu'i babelle (bavarde) un tiot peu d'trop!

 

El papegaye dé m’ tayone

Perroquet 032

Cha fét d’cha tout jusse eun sièque, des masses ed visiteurs is ont v’nus nous vir aveuque armes et bagaches ; is tot’t putôt du ginre mourdreux.

M’ ratayone avot eun fieu et eune bachelette, et all ne voulot pos qui lieu z’arrife arnioque. Felmint all a kerqué ses affaires dins un cabas et is sont tertous dallé d’sus Lyon.

Quand ch’te malhureuse visite i-a té fini, is ont arvénus à leu mason mais is-avot’t in puque, dins eune guéiole, eun biau papegaye bin agazouillé.

Min tayon, d’sin côté, i-é arvénu del guerre et i-a bétôt arvu s’mékéne qui tôt achteure eune bielle jone file et l’av’nir i-étot d’vant eusses.

Pou s’ mariache, m’ tayone all a eu eune paire d’affaires d’ménache et au d’zeur, l’ papegaye qu’all avot fort ker, et cha n’étôt pos l’démotié d’eun,    l' coco. I-étot sexiste, i n’aimot pos les feimes à part m’ tayone. Eun d’ sés amus’mints favoris, ch’étot de s’mucher pa d’zous l’omère et quand les files all passot’ent du lon, all z’avot’ent drot à un biau cop d’biec. Mé i avot cor pus d’un tour dins s’malette. L’ sém’di, ch’étot jour du grand r’lavache. L’avant déner ch’étot pou l’mason, ouvrache sacré par chi. L’après déner ch’étot po les gins. L’ cuvelle all étot rintrée, l’caudron i-étot d’sus l’étuve d’pus l’matin pou l’iau caude. Les afans passot’ent in preumier et dès qu’is totent dins l’cuvelle, l’coco s’raménot, grimpot sur l’erbord et f’sot l’tour pou surquer au bon déroul’mint d’ l’opération. Si l’eune obin l’aute voulot dire eune séquoi, rad’mint i-arrivot et paf ! un cop d’biec. Ch’étot l’ terreur du lavache.

Eune fos, eune tante dé m’tayone arrife pou li faire eune visite. All buque à l'huis et all intind : «! », all pinse ouverre  l'huis mais i tot freumé. All arbuque et all intind : «entrez donc! » et l' matante ed' dire «jé n'peux pos man Berthe, l'huis i-est serré», et l'coco de s'mète à rigoler.

   Au bon timps, m’mémère all lé métot sus l’corde à linche dins l'gardin pou qui prenne l'air. Al débout du courti, i avot eune piéchente qu' les mineurs prénot'ent pour d'aller à l'tiote gare du quémin d'fier des mines qui tot à eune trintaine d'mètes. In passant, chés mineurs i f'sot'ent indéver l'coco et li d'leu réponte «! Coule !». D' timps in temps ch'étot li qui les f'sot amarvoier. Dès qui les véyot d' lon, i s'métot à chiffler come si l' train i arrivot in gare ; les mineurs is s'métot’t à cœurir pou n’ pos l’rater et li, fin bin contint, i riot tout c’qui pouvot. Eune fos, i-a minme chifflé comme l’ chef dé gare et l’train i-a c’minché à daller. Bin sûr, i-étot aux anches.

Pou finir chuqué j’ mé ramintuve, l’coco i tot roufion. Si eune visène v’not faire eun bal d’vant eune tasse ed jus, el soir quand m’ grand-père i rintrot de s’n’ouvrache, i grimpot d’sus s’ n’épeule, i s’approchot dé s’n’oréle et «bzee bzee …» i f’sot comme les fèmes qui d’vist’ent d’leu tiots s’crets. M’ grind-père i savot qui avot eu del   visite dins l'jornée.       

   Bin seur, coco, l’rest’ du timps donnot s’n’aviss d’sus tout et d’sus rin. Ch’étot vraimint eun malin. I n’sé contintot pos d’répéter chu qu’i intindot, i disot s’lon s’ n’idée.

   Et pis, eune après déner, l’coco i-étot sus l’tot del cambuse et i-a quéhu, i avot s’biec brisié et i-é mort pau d’tems après. I-é d’allé ertreuver tous l’z’autes coco pou lieu dire tout chu qu’i avot fait à les cheux qui crot’ent tout savoér.

                                  

                                                         Michel Duwelz.

Merci, Michel! Hé, ouais,i faut faire attintion d'bin quésir s'biête ed'companie! :-)

Perroquet 032

 

114 1


Note amisse jean-Marie Braillon (vir el'pache URCON PICO), i nous live ichi un dessin fort d'actualité!

Variure ingliche 001114 1


J'sus fin bénache d'publier ichi des testes ed'mes amisses Belges, Alexandra Biebuick et Gérard Platevoet (tous deux plusieurs fois primés au Concours de littérature en Picard).

L’ fiête de l’ Saint-Valentin par Gégé d’ NéchinSt valentin 018

Pou l’ Saint-Valentin, i n’ d’a qui pins’tent comme mi : on a déjà deonné. 

I n’ d’a bramint qui m’ demantent ç’ que j’ fais pou l’ Saint-Valentin.

Eh bin, j’ fais d’s écolomies, vu que j’ sus tout seu. I n’ d’a qui dittent qu’ein seul être vous manque … et l’ vaisselle s’ rameonchelle dins l’erlaveot. Ch’est vrai, mais y-a perseonne pou berteonner qu’ l’ouvrache i n’est pos acore fini. J’ fais tout à m’ meote et à m’n aisse. Je m’ lèfe quand j’ veux, J’ fais m’ pétit niquet après deiner, j’orwette l’s émissieons d’ télévisieon qu’ j’aime bin, j’ mets mes deogts dins m’ nez, je m’ gratte dusque cha m’ déminche, j’ canche d’ queauchettes et d’ quenn’ceon quand i sint’tent trop fort, l’s areonnes et leus arnitoiles seont mes amisses, j’ beos comme j’ai invie. Infin, là, j’ fais tout l’ même attintieon pou éviter l’ fracture du foie. M’ docteur, ch’est un vrai pispot,  i m’interdit tout ç’ qui est beon. I-est pire qu’eine feimme. D’ailleurs, qu’ j’y pinse, ch’est eine doctoresse. Mais beon, elle ne d’meure pos à m’ maseon pou queompter les verres et roncheonner  que j’ d’ai bu assez.

Au boutique du fleurisse, i-éteot écrit qu’ pou l’ Saint-Valentin, l’ deuxième bouquet i-éteot à chinquante pour chint. Je n’ sais pos ç’ qu’i-aveot dins s’ tiête. Pétête qu’i pinseot aux maîtresses. Là avec, tout i-est dit. L’ feimme qui-a ein eaute heomme, elle a ein amant, mais si ch’est l’heomme qui-a eine eaute feimme, i-a eine maîtresse. On veot tout d’ suite qui qu’ ch’est qui-est maîte.

Mais, au fait, qui qu’ ch’est que ç’ Valentin qui-a d’vénu saint ? I paraît qu’ cha s’reot ein moine du treosième sièque qui s’areot assoté, in tout bin tout honneur, d’eine jeonne fille aveule qui-areot fini par vir clair. L’impereur d’alors qui n’aimeot pos cha, i-a fait coper s’ tiête au Valentin. Quand on busie à les ceux qui seont morts par amour, i-a bramint d’heommes : Roméo, Tristan, l’ zozeo du Titanic et bin d’s eautes.

Je n’ s’reos pos honnête d’ démépriser ainsin les feimmes. Même si elles meurtent moins par amour, elles eont ein sapré corache dins tout ç’ qu’elles feont et qu’ nous eautes les heommes on n’ fait pos. Et is seont bin hureux les heommes qui-eont l’ sanche d’in avoir eine. Adeon, j’espère que ceusses-là au moins is fiêtent bin l’ Saint-Valentin.

Gérard PLATEVOET

*****************

St valentin 018

I n’ faut nin attinte el 14 févrii pou dire à t‘n homme ou à t’ femme que t’ l’aime bin, mais bon, ch’est à la mote de fêter el Saint-Valentin.

Mi j’ vas passer el soirée avec m’n homme Firmin cha n’ vas nin nous tchingi grammint, i-est dins el même bulle depus bétôt ein an. Je n’ vas nin t’ raquonter che qu’ j’ai prévu, j’ vas putôt t’ raquonter note premi rindez-vous…

Ch’étot eine paire de jours après mes quarinte ans. L’ tching’mint de dizaine i s’aveot fin bin passé. Mi, j’ n’ai nin les finques de vieusir. M’ devisse ch’est ein jour à l’ fos : foque ein jour foque eine misère… Cha n’ vaut nin les russes de s’ carmousser.

J' étos fin bénaiche quind i-a eine drôle d’affaire qui m' a arrivé. Ch’ n’étot nin vraimint ein’ grav’ misère, mais ch' étot ein véritap’ touillache dins m' tiête. Je n’ savos pus dù que j' joquos.

M' vijin Firmin i m'avot invoyi eine invitation à souper au restaurant. I voulot ête tout seu avec mi…I avot dit qu’ ch’étot pour ein momint vraimint espécial. Je m’ demindos ch’ qui voulot. J’ n’avos jamais fait attintion, mais asteur que j’ busie bin, i-avot tchingi d’allurte. Chaque feos qu’in s’ veiot i-étot fin prope. I mettot même de l’ gomina dins ses ch’veux. Dins l’autobus, i prennot m’ main quind j’ montos, i s’asseyiot toudis à côté d’ mi. Et i-avot aussi les bistocaches qu’i m’avot offères à Noé et pou m’n anniversaire. Ch’étot des p’tits cadeaux d’ quéqu’ein qu’i m’ connichot bin et qu’i voulot vraimint m’ faire plaisi. Je n’ m’avos jamais rindu quompte d’ cha. Monnn ! Mais ses pétits gestes i n’ trompottent nin, à m’ mote qu'i d’venot assoté.

Eine paire de jours après l’avoir adveiné, j’avos eine mine de pichoulit : je n' bièqu’tos pus, j’ tournos et j’ ratournos dins m’ lit. J’avos les guerzillons puis j’ étos toute crute d’ quaud. M' tiête i-étot à l'invers, m'n estomac i-étot in touillache. Mais queu dallache? Quo qu’ ch’est qui m’arrivot? Mi qu’i-étos fin bénaiche, v’là que j’ pourmènos à côté d’ mes sorlets. I-avot fell'mint lommint que j' n’avos nin ersintu cha ... Modieu modieu ! Firmin i m’avot tout chimboulée…

J’ m’avos pourtint juré de n’ pus m’ laîchi printe. À chaque quop, ch’étot l’ même film qu’i-erpassot. Au c’mminch’mint, tertous i t’ promet monts et mervelles. T’ n’as nin l’ timps d’avir eine invie qu’i d’a ein pou t’ l’offère. Les démépriseus i diront que ch’ n’est nin possipe pasqu’eine feimme cha rêf’ même in plein jour…Et pourtant, mi j’ te l’ dis bin fort : ein assoté i tching’reot l’ lune in solel pour ti.

Seul’mint te décantes vite. L’homme piche-veinaique i-est bin rate d’ertour et i t’ laîche tout seu. J’ les connos ces jésuites, avé leus mimisses par chi, leus is gadous par là. I t’injôl’tent et six mos après i prenn’tent leus cliques et leus claques.

J’approuvos d’ tout ermette à plache dins m’ tiête, mais m’ cœur i-étot tout in foufiête. J’étos fin trantchille, et asteur m’ov’là tout plein d’ Firmin. Mais je n’ voulos nin tchaire dins ses pas-de-loup, j’ n’aveos pus invie d’ souffère!

Pindant que m’ tiête i-étot à l’oule, qu’ j’avos les pépètes comme si j’allos sauti in parachute, seûr que Firmin i busiot à l’ soirée qui passerot avé mi, bin leon d’imagini l’imbarras dù qu’i m’ mettot .

L’horloche tournot, les minutes i-étottent quautes , j’ voulos incranqu’li l’s aiwilles.

L’horloche tournot, cha a butchi à l’huche…

Firmin i-étot là, avec ein bouquet d’ blanqués rôsses. L’ sintimint des fleurs et l’ sinbon qu’i-avot mis su s’ col ch’étot ein drôl’ de touillache. I-avot nin ein picron qu’i-arot osu vénir tourner autour.

J’ veyos dins ses is qu’i-étot aussitant plein d’ingouche qu’ mi. I-étot tout palot. I-a pou s’ deminder si i n’allot nin tchaire dins les pommes. I saut’llot à pied d’agache. Les fleurs is avot’tent l’ tronisse dins ses mains. C’ balou i-avot oblii de m’ les donner. J’ li avos même d’mindé  si ch’étot pou mi. I n’ savot nin queo réponte. In vrai, i-avot l’air biête. I-étot là tout poncieu et mi, j’avos invie d’ l’adodéner.

Su l’ quémin du restaurant, in avot raquonté des bernettes. In arot pu pinser qu’in s’ véyot pou l’ prumière fos.

Nous v’là in tiête à tiête dins l’ fond de l’ salle. I n’avot nin eine rate autour de nous-autes. J’avos toudis autant les pépettes. M’ vinte i-étot tout plein d’ noeuds. Je n’ savos rin avaler. In s’erwettot biec et borne. J’ n’avos jomais ermarqué qu’i-avot d’s is à faire boulir eine sellée d’ neiche. In étot aussitant estamperné l’ein qu’ l’aute d’ête là tous les deux insanne.

P’tit z’à p’tit, l’ timps i s’a dégagi. Les doutinches is ont fait plache à d’s évidinces. J’ pinse qu’in a attrapé ein quop d’ solel, ein quop d’amour, ein quop d’ je t’aime, comme i dit l’ tchanson. Pourtint,  pa d’rire dins m’ tiête, comme l’ mer qu’i montot, i-avot des vagues qu’i roulot’tent. Et j’ busios, j’ busios. Je m’ disos : pou ête libre, i n’ feaut nin avoir les finques et pou n’ nin avoir les finques, i feaut ête libre…

Cha ercomminchot. I-avot des neuaches qu’i-ervennot’tent. J’aveos peur mais peur…Firmin i a treuvé les mots pour m’ rapurer. Après eine paire de s’maines, j’ étos chertaine qu’ ch’étot bin li l’homme de m’ vie et qu’in allot vieusir insanne…St valentin 018

Alexandra Biebuyck

Lexique :

Avoir les finques : avoir peur // ne pas valoir les russes : ne pas valoir la peine // se carmousser : se tracasser // bénaiche : heureux // joquer : rester sur place, j’n sais nin dù que j’ joque : je ne sais plus où je suis, je ne sais plus où j’en suis // gomina : produit que l’on mettait dans ses cheveux, « gel » // bistocache : cadeau reçu à l’occasion d’une fête// assoté : amoureux // avoir eine mine de pichoulit : avoir mauvaise mine, être pâle // bièqueter : manger //avoir les guerzillons : avoir la chair de poule // dallache : remue-ménage, désordre // sorlets : chaussures// pourméner à côté de ses sorlets : ne plus être soi-même// piche-vinaique : mauvais caractère// rate : vite, rapidement // les is gadous : les yeux doux // ête in foufiête : être dans tous ses états // m’ tiête i-étot à l’oule : j’avais la tête ailleurs // incranqu’lier : détourner de sa route // butchi à l’huche : frapper à la porte // sinbon : parfum // picron : moustique // saut’ller à pied d’agache : trépigner d’impatience // tronisse : tremblote // poncieux : essoufflé // adodéner : dorloter // s’erwettier bec et biorne : être stupéfaits, étonnés l’un en face de l’autre // sellée : contenu d’un seau // estamperné : ébahi // rapurer : rassurer

 

Grind merci à eusses deux. Si vous voulez in vir pus, v'là l'loïen pou daller su leu "blog" (leu journal):

http://www.blog-mouscron-estaimpuis.be/archive/2021/02/07/racontaches-in-picard-par-gerard-platevoet-et-alexandra-bieb-3240498.html

 

114 1


V'là chi un teste in français. Ch'est no amisse Jean-Marie Braillon qu'i in est l'auteur. 

L'Académie des Lafleur, vous connaissez?

"Rappelons qu'elle a été fondée le 11 février 1792 et qu'il ne reste plus que deux membres fondateurs Pierre-Marie Macewko alias MacDelmotte et Jean-Marie Braillon.
La réunion présentée aujourd'hui est celle de 1817. Elle s'est déroulée dans l'Oise à Hondainville, la suite est à lire dans sa relation ci-jointe. La plupart des personnages en cause ont réellement existé, les dates sont exactes, bien sûr. Le couple Tattoux-Labitte s'est bien marié comme il est dit, le duel du comte de Vialard est décrit comme il s'est déroulé... après,il reste des zones d'ombre comblés par le rapporteur !!!"
(Jean-Marie Braillon)

Le mariage de Monsieur et Madame Tatoux-Labitte

*

            En cette année 1817, janvier avait tout gelé, février était enneigé comme jamais, et en mars, alors que l’Académie devait se réunir dans l’Oise le 9, il y eut une terrible tempête de neige, commencée de la veille.

            Lafleur n’avait pas peur de ce temps, mais pour la première fois Maque d’el Motte et Bralion furent d’accord pour reporter l’Académie aux beaux jours. Finalement il fut décidé que l’Académie aurait lieu le mardi 29 juillet, à l’occasion du mariage[1] de l’académicien Jean Eléonor Tatoux avec Marie-Anne Labitte à Hondainville.

            C’était Auguste Thouret, de Fournival qui était chargé d’organiser tout, car d’Académicien Tatoux était, lui, entièrement tenu par les préparatifs de son mariage. Les Académiciens, venant pour la plupart de loin étaient invités à loger chez le comte Charles-Etienne de Bougevin Vialart de Saint Morys qui avait terminé la reconstruction de son château que les révolutionnaires avaient mis à bas ; ce qui l’avait obligé à loger un temps dans un local de la basse-cour, pendant les travaux.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/ed/Jean-Baptiste_Greuze%2C_Portrait_de_Charles-Etienne_de_Bourgevin_de_Vialart.jpg/220px-Jean-Baptiste_Greuze%2C_Portrait_de_Charles-Etienne_de_Bourgevin_de_Vialart.jpg

Charles-Etienne de Bourgevin Vialart de Saint-Morys

(peinture de Jean-Baptiste Greuse)

            Vialart de Saint Morys offrait le hall du château comme salle de conférence pour les débats de l’Académie, et son bureau pour stocker les boissons nécessaires à rincer les gosiers des orateurs.

            Les premiers Académiciens devaient arriver vers le 18 juillet. Ceux de Thiérache vinrent en char à banc conduit par Nicolas Périlleux, accompagné de sa femme, Sophie Péry, et également d’Henry Berquet accompagné d’une càrabirèche apprivoisée, tous les trois d’Harcigny,

P1070797

 

 

 (cf.Urchon Pico 281)

ainsi que Jean-Marie Bralion, membre fondateur de l’Académie. En route, ils ramassèrent Messidor Tétard et son fils César.

            Ceux de l’Amiénois étaient tous venus à dos de mule. Eloi Eloy, fils du défunt Dagobert Eloy (membre fondateur), était supporté par Rossinante, Maque d’el Motte chevauchait sa mule Jenny, suivi à pied par sa femme portant un cent de vin,  Lafleur avait été ligoté sur Fudrome afin qu’il ne chût pas, Laurint de l’Abbie, dixième du nom, marchait à côté de sa mule, trop vieille pour le porter.

            Venus de l’Oise, Catherine Legrand, cantatrice officielle de l’Académie, avait cheminé à pied, suivie par son cousin Geoffroy Maboule soufflant à le faire claquer, dans son pipasso.

            Le temps était frais pour la saison, ce qui était bien car les tonneaux de cidre n’auraient pas supporté les fortes chaleurs. Le samedi 19 juillet 1817, les Académiciens arrivèrent en ordre dispersé à Hondainville, où Le Comte Vialart de Saint-Morys, Jean Eléonor Tatoux et Auguste Thouret les accueillirent et les installèrent au château. Tout juste s’ils purent voir que le comte avait l’air soucieux. Niepce qui était déjà là à la fondation de l’Académie arriva pour le dîner et réussit ( ?) son premier physotautype intitulé « la table servie », sur lequel on ne voyait rien, qui n’a pas été conservé et nous le déplorons.

            Il restait dix jours avant le mariage Tatoux-Labitte, et nos Académiciens profitaient largement de la cave du comte et des réserves constituées par Auguste Thouret.

            Le dimanche, Maque d’el Motte alla voir le Prétendant au Trône (le sieur Bralion), il lui annonça que le Comte avait un duel le lendemain lundi, avec un « demi-solde », un nommé Dufay,  un peu timbré et très exalté, un peu fat, un peu bel esprit, ennemi avoué de mille choses et de mille personnes. Lafleur frétillait à l’idée de ce duel, il se proposa pour être le témoin du Comte de Saint-Morys, mais celui-ci avait déjà des gens sérieux pour l’assister ; il tenta d’être le témoin de Dufay mais celui-ci menaça de le zigouiller. Lafleur abandonna l’idée de s’en mêler.

            Toute la journée du dimanche fut troublée. Premièrement les Académiciens, mal remis de leur soirée d’arrivée, manquèrent l’heure de la grand-messe et le curé vint leur faire savoir sa pensée. Les Académiciens, depuis longtemps perdus pour la religion, n’en eurent cure. Ils étaient tous animés par le spectacle qui se jouerait le lendemain.

            La nuit fut courte, personne ne voulant manquer le lever du soleil.

*

            Le 18 avril précédent, Dufay avait fait la menace, dans une lettre injurieuse, de couper la figure de Vialart de Morys à coups de fouet. Rien ne permit d’éviter un duel « à mort » et ce matin du lundi les Académiciens encore sous l’effet du cidre et du vin de la nuit chantaient l’hymne académique « Ch’est dés boins fius » à tue-tête au bord de l’étang qui avait été choisi comme pré du duel.

            Vialart arriva le premier avec ses témoins. L’un deux alla demander un peu de respect aux Académiciens. Maque d’el Motte expliqua entre deux hoquets qu’ils étaient là pour soutenir Charles-Etienne. Lafleur voulut faire entendre raison au comte mais s’étala sur la table où étaient posés les pistolets. Tout fut remis en place sans délai.

            Le calme revint à l’arrivée de Dufay qui pérorait et faisait peur à tout le monde. Un des pistolets devait être chargé et l’autre vide, le duel devait se faire à bout portant l’un contre l’autre. Le curé administra l’extrême-onction aux deux hommes et s’éloigna, tout en priant.

            « Pan ! ». Les deux hommes restèrent face à face quelques secondes puis le Comte de Saint-Morys s’écroula aux pieds de Dufay qui ne cacha pas sa joie. Les Académiciens étaient consternés : où allaient-ils dormir jusqu’au mardi de la semaine suivante ?

            Lafleur trouva que c’était une occasion de passer une semaine gratuite.  Jean Eleonor Tatoux décida de les employer à préparer ses noces et logea toute la troupe dans sa grange. On oublia vite Vialart, sauf qu’on continua à piller sa cave, profitant que sa femme était éplorée, tout occupée à protéger sa petite fille. Le lendemain, l’Académie était presque au complet pour les obsèques, Maque d’el Motte fit un discours académique de bonne tenue (Lafleur dormait dans la grange). Il fut décerné un Lafleur de Ramintuvrie au défunt, ça ne coûtait rien et donnait une nouvelle occasion d’arroser ça !

            La semaine qui suivit ne fut que discussions académiques arrosées, selon un planning serré élaboré par Auguste Thouret qui se chargeait aussi du carburant. On s’étonnait de l’absence du couple Jeffroy et Angela Ginse-Dupicard, mais personne ne s’en plaignit, en effet ces pisse-froid eussent risqué de gâcher le plaisir.

*

            Henry Berquet avait beaucoup de succès avec sa càrabirèche apprivoisée. Le futur couple Tatoux-Labitte ne cacha pas son envie d’avoir une aussi jolie petite bête chez lui et fit promettre à Henry de lui en offrir une.

            Le samedi du mariage arriva, tous les Tatoux étaient là : Jacques Hubert et Marie-Catherine. C’est le premier adjoint qui dut officier à la mairie étant donné le décès du Comte de maire. A l’Eglise  tout était du domaine du Merveilleux, Mais… juste avant que Jean Eleonor et Marie-Anne se dissent « oui », on entendit un cri derrière les mariés, Françoise, la càrabirèche d’Henry Berquet, venait de mordre Marie-Catherine Tatoux, sœur et témoin du marié, à la cheville. Elle ne s’en inquiéta pas le moins du monde, d’autant que le rebouteux Labbé l’examina et ne vit rien de grave… pourtant, elle avait très mal. Elle boita jusqu’à la sacristie quand il lui fallut aller signer le registre paroissial. A la sortie de l’église on lança de l’épeautre sur les mariés, puis on les embrassa abondamment.

            Le repas fut servi dans l’aire de grange qui accueillerait dans quelques semaines les récoltes. On avait dressé des tréteaux, tendu des draps. Chacun avait une écuelle, une cuiller et un couteau. Les hanaps d’étain étaient disposés devant les écuelles, et, de ci de là des bouquets de bleuets et d’épis d’orge décoraient le lieu, des  pains de sept livres terminaient la garniture. Des bancs de fortune entouraient les tréteaux.

            Après la soupe à la poule, on manga de la carpe des étangs, puis la poule et ses légumes, et enfin du cochon bouilli. Pour terminer, des tartes au sucre finirent de remplir les panses. Ce fut ensuite le tour des danses, sous la musique entraînante du pipasso de Geoffroy Maboule.

            C’est pendant qu’on ballait comme des fous, que Marie-Catherine Tatoux s’écroula. On allongea la malheureuse sur la paille. Labbé, en tant qu’ersatz de médecin fut convié à donner son avis. Marie-Catherine présentait une forte fièvre et il apparaissait sur sa peau des phlyctènes inquiétantes. Conclusion de Labbé : la càrabirèche était atteinte d’une sorte de rage ! Puisque tous, sauf Henry Berquet étaient de cet avis, on décida de la noyer dans un des étangs… la càrabirèche n’attendit pas qu’on lui ôte la vie, elle s’esquiva.

            Labbé fut contredit rapidement. Marie-Catherine ne bavait pas, n’avait pas de convulsions : elle toussait et étouffait. Auguste Thouret avait un cousin de passage à Fournival qui connaissait bien les plantes. Il enfourcha une mule et courut le chercher.

            Une heure après, Auguste Thouret était de retour avec son cousin Jean-Joseph Pasteur, herboriste et médecin à l’occasion. Ce dernier avait une théorie concernant les maladies. Il pensait qu’outre les chiens qui mordaient, les chats qui griffaient, les puces qui piquaient, etc. Il devait (?) exister des animaux si petits qu’on ne pouvait les voir, mais qui du fait de leur grand nombre, étaient capables de faire les mêmes dégâts que les grosses bêtes.

            Et là, ayant déjà ausculté des Tatoux dans le Rhône, il avait noté des choses bizarres chez eux. Soudain son encéphale se mit à bouillir et il eut un éclair de génie : les Tatoux portaient ces petits animaux méchants qu’il avait nommé « micro-bœufs » par opposition aux « bœufs »

Jean joseph pasteur

 

 

            « Eurêka » dit Jean-Joseph Pasteur, « c’est ce que supputait mon ami médecin chinois ??? (Wáng Mèngying), les micro-bœufs contenus dans le corps des Tatoux se réveillent au contact de ceux que contient un autre animal, et cet animal, nous l’avons enfin trouvé : la càrabirèche ! ».

            Les gens le regardaient comme un fou délirant, n’empêche, le lendemain matin tous les noceurs avaient des cloques sur tout le corps. Cela dura quelques jours, puis la fièvre tomba. Le couple Tatoux était soulagé car il avait craint un moment, que leur mariage allait coïncider avec la mort de tous les gens d’Hondainville.

            Pour faire durer la mémoire du Comte Vialar de Saint-Morys, décédé la semaine précédente, Jean-Joseph Pasteur proposa qu’on nomme le micro-bœuf  « CoVi17 » issu des Tatoux et de la càrabirèche. Ces découvertes furent colligées en un document intitulé « Des micro-bœufs et de la santé[2] », où tout était noté, avec l’espoir qu’on pût un jour exterminer cette maladie.

            Quand ils allèrent mieux, les Académiciens s’égaillèrent dans la grande région de langue picarde, après avoir décerné leur Lafleur éd Brin pour 1817  au CoVi17, et le Lafleur éd Chucq à Jean-Joseph Pasteur.

            Résultat, le Maire Michel d’Harcigny émit un décret interdisant à tous les Tatoux de s’introduire sur le terroir de sa commune. Il proposa même au Préfet de l’Aisne que les Tatoux et leurs descendants fussent confinés dans leur département de l’Oise.

            Il fut décidé que l’Académie suivante aurait lieu à Harcigny (Aisne) le 3 février 1818, jour du mardi gras.

Remarque du transcripteur : n’est-ce pas dans l’Oise que deux cents ans après, apparut le CoVid19 ??? Je dis ça, je ne dis rien.

 

[1] Ces personnages et les dates ont bien existé…

[2] Hélas, trois hélas, le fils de Pasteur, né l’année suivante détruisit le document de son père, et ne cessa durant sa vie entière, de tenter de le reconstituer.

 

Hé bin, cha s'invente point, tout cha!!!

Merci, Jean-Marie! T'es core bin conservé pou t'n'âge !!

Ha, ches carabirèches (voir la page Urchon Pico)! Responsape ed'bin des maux! (J'me sus laissée dire qu'un certain Maque-ronds, i in déquindrot directemint. Cha m'étonnerot point).

 

114 1


 

 

Un nouvel épisode de la vie de cette fameuse "Académie des Lafleur", toujours par Jean-Marie Braillon. Un régal! Vous tenez, gens des Hauts de France, à vous faire vacciner? Un seul choix: le "Estrå-j’ai-dés-cåts"! Quelques effets secondaires mais rien de bien méchant!

 

ACADEMIE D'CHES LAFLEUR 

5 MARS 2021

 

 

A cause du confinement imposé par le gouvernement, et l’isolement que s’était imposé le Président des Zoos de France dans son bunker, sans le génie du Secrétaire perpétuellement éphémère McDo.(1)

1 NB. : Les noms des Académiciens seront masqués par crainte qu’ils soient jetés dans les geôles de l’effrayant Casse-tête).

il était impossible que l’Académie se tînt au grand jour. C’est par le Brun-Net’ que le Secrétaire avait convié, avec crainte, les Académiciens. Il savait bien que parmi les membres, certains avaient un comportement de traîtres, vendus au Président, et à son diverticule : l’Agince. La date du 5 mars fut retenue. Comme par hasard, les départements de la Somme et de l’Aisne étaient quadrillés par les CRS. Le rendez-vous était fixé dans un bistrot derrière la petite place d’Arras. Cette ville abritant quelques uns des représentants de l’autorité régionale, jamais les cerveaux du ministère de l’intérieur n’auraient pu croire qu’on eût pu s’y réfugier. Il avait été conseillé aux Académiciens de venir en covoiturage pour que l’afflux de véhicules n’attire pas l’attention. Pour la même raison, les voitures électriques étaient fortement conseillées. Le jour dit, les Académiciens vêtus de la façon la plus neutre possible, à part le Secrétaire perpétuellement éphémère qui ne pouvait se séparer de son costume de Lafleur (il paraît qu’il dort avec, -de source anonyme sûre-) se précipitèrent au bistrot. Ils y entrèrent par la cour, dans la ruelle de derrière. A l’intérieur, d’épais rideaux masquaient la rue. Le patron, qu’on appellera Rémi pour induire en erreur les agents de la DCRI, demanda aux Académiciens, au fur et à mesure de leur arrivée, de faire le moins de bruit possible. Le Marguillier n’était pas là. Le but de l’Académie 2021 était, entre autres, de vacciner les Académiciens contre le cowite19 qui sévissait alors de façon inquiétante dans le Pas-de-Calais. Le Secrétaire présenta un nouveau vaccin, créé par un ancien médecin agissant à l’Agince. Les huit flacons en possession de l’Académie avaient été dérobés par le Secrétaire lors d’une visite à l’Agince. Il s’agissait d’un vaccin typiquement local et adapté aux coriaces natifs du Nord-Pas-deCalais-Picardie. Il avait été baptisé par le Dr Thé "l’Estrå-j’ai-dés-cåts", qui avait, prétendait-il, l’avantage supplémentaire de prévenir définitivement des allergies aux poils de chat.

Mais où était donc le marguillier ? On savait qu’il s’était acheté un scooter électrique pour arriver discrètement. 2 Impossible de lui téléphoner sans alerter la DCRI. Cependant, l’Académie ne pouvait pas se tenir sans lui. Ses contributions bâtissaient les piliers de bistrots, pardon ! de l’Académie. La Cantatrice officielle de l’Académie avait été bâillonnée, toujours par souci de discrétion. Il avait été prévu de la nourrir par perfusion, mais elle promit de n’ouvrir la bouche que pour y introduire une fourchette garnie, elle fut débâillonnée pour manger. F.Mairie, un des Académiciens de la Thiérache avait apporté un maroilles ! Trop gros risque ! On mit le fromage dans un frigo, pour éviter que son parfum n’infuse sous les portes, et soit repéré de l’extérieur. Les charmantes infirmières d’occasion, Gibet et Gigi, se mirent rapidement à leur travail de vaccination. L’ambiance était feutrée, du jamais vu en 229 ans de l’Académie. Mais que faisait le Marguillier ? Avait-il encore perdu son chien (2) ? Comment faire ? En attendant son arrivée, après la séance de vaccination, les Académiciens se mirent à table. Le Député académicien, tout juste sorti du TGV Paris-Arras faillit dévoiler qui nous étions aux traîtres qui, certainement, noyautaient l’Académie. Lorsque Rémi, le bistrotier lui servit un verre de chuche-mouréte(3) , il gueula

2 Cf. Académie des Lafleurs 2020 à Puchevillers (Somme) 3 apéritif

« Merci Patron ! ». Tout le monde lui fit les gros yeux. Deux heures après, les Académiciens avaient fini de manger et pas encore de boire. Le Marguillieradjoint, Toudi-pos-Gàrnoulhe, déclara qu’il fallait destituer le Marguillier et le nommer, lui ! On passa au vote, 21 noix pour et 21 noix contre (4) . Bien sûr, le résultat était truqué, comme l’élection américaine au cours de laquelle le meilleur des meilleurs, Trump, idole du Marguillieradjoint, avait été spolié. Tout d’un coup on entendit frapper à la porte de derrière. Rémi, tremblant, alla voir du grenier qui était là. Il redescendit hilare en disant « ch’é foque ein coulon(5) ! ». Dumoutier, le marionnettiste de l’Académie, et coulonneux à ses heures, alla ramasser le pigeon. Il y avait un message à la patte droite. Le Marguillier y disait être en panne d’électricité à Waillylès-Arras. Il se planquait près du Crinchon, petite rivière du village. Le Secrétaire perpétuellement éphémère qui avait déjà vidé quelques bouteilles d’ Arras’in blonde café, discutait avec le pigeon pour qu’il veuille bien retourner voir le Marguillier à Wailly. Le pigeon était adorable, mais ne comprenait rien de rien. Le pipassotier officiel dit qu’il avait assez d’électricité pour aller le chercher. Ah si on avait pu téléphoner !

 4 les bulletins de vote académiques sont des noix depuis le 8 mars 1793.

5 Ce n’est qu’un pigeon

 Toudi-pos-gàrnoulhe tint à accompagner le pipassotier. Il avait en tête de tenir la tête du Marguillier quelques minutes dans l’eau du Crinchon (6) , et régler ainsi la succession marguillière. Pendant ce temps, la bière coulait à flots. Il faut dire que la brasserie était tout près et qu’on pouvait s’y rendre par les souterrains ! Le sérieux habituel des académiciens fut cependant perturbé par les effets indésirables du vaccin. Ceux qui ne vomissaient pas allaient violemment du bas.

Les Académiciens maudissaient le Dr Thé et son invention, ils avaient peur de mourir. On commençait à discuter des lafleurs à attribuer. Seul le lafleur éd chucq fit consensus et fut attribué à Georges Larcin, pour son dictionnaire français-picard borain. On essayait de départager des ennemis du picard pour nommer le lafleur éd brin quand on frappa à la porte de devant. Rémi monta à l’étage, il redescendit et le visage effrayé, l’index sur les lèvres, il dit : « Ch’é chés cadoreus min·nèis pau conmissére Linjélèi ! I vos foet `s àrsoever ! Vnez avuëcq (7 )! ». Ils descendirent à la cave et prirent le souterrain de la brasserie, d’où ils s’égaillèrent sur la terre du picard… Rémi, revenu dans son bistrot finit par ouvrir aux cadoreux qui ne cessaient de tambouriner.

6 signifie en picard « individu maigrelet, grillon)

7 Ce sont les policiers conduits par le commissaire Lingélèi ! Il faut que vous vous sauviez ! Venez avec moi !

« Os ont ein mindå `d échun (8) ! » dit Linjélèi. Les policiers s’engouffrèrent dans l’établissement, jonché de vomissures, et de cadavres de bière. Au bout d’une demiheure, Linjélèi rassembla ses hommes et l’œil mauvais s’apprêtait à sortir quand il entendit un bruit et des voix à l’arrière du bistrot. Se pointèrent alors le pipassotier, le Marguillier-adjoint, poussant devant eux le Marguillier qui hurlait : « Nnan, `j éne vuë pos ête piqhèi, Nnan ! ». Ils furent immédiatement testés à l’alcool. Seul le Marguillier s’en sortit car il n’avait bu que de l’eau, il fut immédiatement relâché. Les deux autres furent emmenés au poste avec le bistrotier. Le commissaire eût aimé les questionner (au sens ancien), mais la France ne permettrait jamais qu’on agisse ainsi. Leurs vêtements étaient couverts de vomi, ce qui n’encouragea pas non plus les policiers à rester auprès des lascars, d’autant plus que les Académiciens parlaient picard et que le commissaire maîtrisait mal cette langue. Le Policier en chef rageait, mais n’est pas Maigret qui veut. Le marguillier masqué, méconnaissable.

8 Nous avons un mandat de perquisition !

 Épilogue : on sut que le Marguillier n’était pas du tout en panne d’électricité, mais craignait les piqûres. Faute d’avoir terminé la réunion, il n’y eut pas de lafleur éd brin décerné, le Marguillier renforça sa position à l’Académie, au désespoir de Toudi-pos-gàrnoulhe.

Innénarrable! Merci, Jean-Marie!

 

114 1


Ch'l'Académie d'ches Lafleur, alle a point fini d'faire paler d'elle!

 

Academie 1843 reunion de valenciennes pages to jpg 0001Academie 1843 reunion de valenciennes pages to jpg 0002Academie 1843 reunion de valenciennes pages to jpg 0003

Un grand mystère enfin levé! Toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé, est pûrement fortuite! Sinon, pour toute protestation, mise en demeure ou plainte à sa Majesté, voyez avec Monsieur Jean-Marie Braillon de Thiérache. 

Mi, j'me lafe mes mains, d'tout cha!

 

114 1


Eune nouvelle avinture ed' Lafleur et d'sin Académie, mais c'cop chi, i s'agit d'sin mariache, et avec qui? L'sorchelle Marie-Grauette! Rin qu'cha! S'mariera, s'mariera pas? A vous d'vir!

 

Academie 1870 le mariage du siecle page 0001Academie 1870 le mariage du siecle page 0002Academie 1870 le mariage du siecle page 0003Academie 1870 le mariage du siecle page 0004Academie 1870 le mariage du siecle page 0005Ch'Lafleur! I in f'ra jamais d'aute! Merci à ti, Jean-Marie!

114 1


Nicolas Minair nous fait à nouveau le plaisir de nous offrir un très beau poème sur le retour du Printemps. Vous trouverez, juste après, mon interprétation en rouchi de ce joli texte.

Louange des oiseaux:  l' arrivée du coucouOiseau 001
s'est faite en grande pompe sous leur chant mélodieux.
L' accueil fut naturel : haie d'honneur dans les arbres
de la pie, de la mésange, de la tourterelle.
Le retour est précoce: nous sommes la mi-avril
les cerisiers entament à peine la saison,
pom pom girls en transe acclamant le printemps
le vent soulevant leur jupe, lançant des oeillades coquines.  Faisons nôtre l' adage de Francois Cheng
La vraie gloire est ici, que vive le coucou ! 
Oiseau 020

Salut d’tous ches osiaux : l’vénue de ch’coucou,

In grind tralala, sous l’musique ed’leus chifflots.

Rattindu comme i faut : Bielle ringée dins ches apes

D’l’agache, de l’masingue, de l’tourterelle

L’artour, i-est d’bonne heure : In est à l’démotié d’Avril

Ches jérijiers, i comminchent foque el’saison,

Marie buque buque in foufièle qu’alles  dis-tent bonjour à ch’printemps

L’vint artroussant leu cotron, alles font des clins d’œl « viens chi m’vir ».

Oiseau 019In pourrot dire comme Frinços Cheng

L’vraie gloire, alle est ichi, qu’vive el’coucou !

 

Grind merci à ti, Nicolas! Ch'est toudis un plaiji!

 

114 1



 

Commentaires

  • Jeannine JONAS
    • 1. Jeannine JONAS Le 11/03/2021
    bravo pour l'histoire d'el brisbroule de Guy DUBOIS.Les autres sont belles mais j'ai du mal
    à lire le rouchi.Félicitations à tous ces conteux
  • Gérard PLATEVOET
    Un plaisir de lire ces textes en rouchi, parlache si proche de mon tournaisien.
    • JONAS jOELLE
      • JONAS jOELLELe 08/02/2021
      Merci, Gérard! Au plaij aussi de t'lire, ti pis Alexandra su vo journal.

Ajouter un commentaire

 
×