Créer un site internet
PICARDROUCHI

Vos ouvraches d'écriture

Su ch'page chi, j'vas mette tout chu, qu'vous, diseux, canteux, écriveux, voudrez bin m'invoïer. Cha s'ra un tiot peu pou continuer l'z'écanches qu'in a eus avec "Cornes à virus; infreumés à l'mason".

A vos pleumes! 

Pou commincher, un conte ed'Jacques Defolie:

 

Stylo1

 

 

Ch'burre pis ch' pain ed quate lifes

 

 

Mi ej'm’édminde tojours cmint equ Philidor i foait pour éte au courant ed tout ch'qui s'passe dins nou poéyis. Os savez t-y l' darniére qui vient d'em' conter...? Ch'est eine rude histoére et pis, cha ch'est seure, qu'y o equ din nou poéyis qu'cha peut arriver edz' affoaires parelles. Ch'est eine dispute inter ech cinsier d'ech catieu, infin ed l'incien catieu pisqu'edpus l'djerre ed quarante y o pus d'catieu, et pis ech boulingii d'ech poyéis ed chés cahouins. Chés cahouins ? Os savez point ed quoé qui s'agit… Bé lo ch'est toute… Ch'est chés gins d'ech tchout poéyii ed l'eute coté d'ech pont. Fut eine époque is étoétent tellmint paufes pis i sintoétent tellmint mawais qu’iz sortétent ed leu patlin qu'à l' breune. Conme chés cahouins. Chés cots huants si oz'ainmez miux. Ech seurnom l'est resté ch'est toute…

 J'in r’vyins à m' n'histoére qu'os m'in avez déturbé avuc vou tchestions. Adonc ech cinsier d'ech catieu pis ech boulingii ed chés cahouins is s'sont indjeulés. Pourquoé ? Pour eine histoére ed burre i s'sont matchés, à ch'point qui s'parlté pus. Ch'est ti point malhéreux ed vir cha. Ed'z'amis ed trinte énnées..J'ai djo intindu cha tchéque par, mais d'où pis par tchéche…Cha  m'ervarro, infin pététe…

Feut qu'ej vous dise, ech boulangii lo ch'est ein as. Ch'est ch' roé d'el brioche et pis d'ech gatieu battu qu'o sert par ichi ech jour ed chés conmeunions. Ch'est ein espécialisse ed cha. Ch'est li qui, pindint d'z'énnées, i l’o foait ch'pain bénit qu'o donnoait pindint l' grand messe d’al’ diminche. J'y alloais point souvint à l'messe mais à chaque coeup j’em' régaloais. Ej' vos vos dire eine cose. Dins ch'timps lo i avoait deux fanmes qu'alles coupoétent ech pain bénit. Mamzelle Ad'laïde qu'alle fsoait des titchouts morchieux pis l'mére Andechy. Alorss elle, alle fsoait des bieux morchieux. Si os voulez m'n'avis mamzelle Adlaïde alle d'voait n'in mette ed coté pour elle. Ch'étoait eine punaise ed bénitii...Elle, pis sin capieu ed palle noére avuc deux cérises dsus… Pis s'landje ed vipére… Et cha alloait à l' messe tous les jours…Infin, bon, bref.

Adonc ech boulinger lo ch'est vraimint ch' campion d’el' brioche. Pour cha i n' prind equ du burre ed prémiére qualité. I l’est à gvau là dsus pis i n'y o equ deux ou trois fermiis qui li vindent leu burre. Pasque, ech burre qui vut, i feut qui fuche seur qu'i fuche foait dins chés régues qui vouloait, li. Ch'est un tétu mais, hein, feut ch'qui feut. Chti qui y in vindoait l' puss ch'étoait just’mint ech fermii d'ech catieu. Ch'est conme cha edpus... I s'sont conneu à l'école ch'est vous dire. Tous les matins, à l' pointelette d'ech jour, ch'est ch'fiu d'ech fermii qui vient porter ech burre qu'o z'o foait conme l'eute i l' veut. Ch'est conme eine tradition. In meume temps i prind ech pain d’el' journée pour sin pére pis chés ouvriis. Tout cha ch'est Philidor qui l'dit. Mi ej'sus tojours à m éd'minder cmint qui peut savoér tout cha. Ch'est i seulmint vrai...? Bref.

L'eute matin ech gamin i l’inméne ech burre, pis i prind sin pain. Dins l'matinée i rapasse après avoér été in conmission mond Berly. Ch'boulingii i li dit avuc ein air d'in avoér deux:

- Dis, ch'tchout, tu diros à tin pére qui vyinche m' vir. Ch'est pour ech burre equ tu m'o inmné t't'à l'heure.

A chinq heures d'ermontée ch'fermii i vient l' vir conme i l’y o dmindé

- A ch' qui s'paroait, tu vux m'vir pour ech burre. I o tchéque cose qui vo point...? A m'n'avis i l’o point pu rinchir ech temps ed vnir d’el' ferme dusqu'ichi...

- Nan, ch'est point cha. Tin burre i l’est fin boin. Gane conme i feut, fréque pis fin boin pour em' brioche et pis mes gatieux battus. Nan, ch'est point cha. Eine tchestion in passant... T'es seur equ tin fiu i s'arréte point in route  tchéque part...?

- Min fiu...? J’el' seurvelle point si tant mais cha m'étonneroait d’es' part. Ch'est ein gamin tout ch'qui  y o ed bién. Jamoais ein mot pus heut equ l'eute. Nan, ej' pinse point qui s'arréte tchéque part d'eute qu'ichi. Tu pux m' dire à quoé qu'cha rinme tout cha pis tes tchestions.

- J'sus ein mollé imbété ed dire cha mais j'ai ermartché edpus tchéque temps qu'ech' poéds y est point conme i feut qui fuche...

- Cmint eine affoaire parelle. T'es ti seur ed ti...?

- Seur, seur… O l'est jamoais vraimint  Infin, à matin ,ch' burre equ tin fiu i m'o inmné ej' l'ai pesé... Dus deux tchilos, i l’in mintchoait chint chinquante grammes... Quoé qu't'in pinses, ti...?

- Alors, bé lo, tu m' seurprinds. Justmint ech burre d'à matin mi étou ej' l'ai pesé...

- Tu l'os pesé, ti... Pis y avoait ech compte, ch'étoait juste...?.

- Bé, si tu vux m'n'avis, ouais. Vu qu’ej' l'ai pesé avuc ech pain ed quat' lifes equ tu m'os vindu...

Philidor i dit qu'ech boulingii i l’o ouvert et pis rfreumer s' bouque conme si qu’i l’avoait du mau à respirer. L'eute i l’erbéyoait avuc un tchotte risée fin amiteuse. Alors ech boulingii i li o foait vir el porte sins dire eine flépe ed mot. I l’étoait rouche conme eine pion-ne. Philidor i dit qui n'sait point si ch'étoait ed rache ou ed's'éte foait prinde à sin prope ju.

Dpus ch'temps lo i n's'parltent pus pis cha o foait du bruit dins ch'poyéis. Y in o qui dis’tent equ ch'est ch'ti qui croéyait prinde qu'o été prind et pis equ c'est bien foait. Mi, os savez, ej'pinse  qu’ ech ti qui triche i finit tojours par es'foaire prinde... Ch'est l'meume cose... Oz étes seur...? Ah bon, si o l'disez......

D'el chicorée dins min café...? Mais j'in mets jamoais…Bé lo ch'est toute...

 

Jidé 17/09/2004

 

Bé lo ch'est toute. Merci, Jacques! 

 

114


Nicolas Minair, i partache avec nous ses biaux haïkus, qu'i a pris l'pin.ne ed'mette in rouchi.

 

Breune

meuglemint de l'vaque      Vache 017

Bin à l'heure !

 

Ascinsion

el vint i-escalate

Arbrel'acacia

 

Solel qu'i s'couque

Padrère eune montane ?

Core eune paire ed'braises
Soleil couchant

 

114

 


Eune fos, ch'est pas coutume: V'là chi un poéme ed'mi min.me. J'l'ai d'abord écrit in français, pis après in rouchi. V'là:

 

IMBIANCE

                                                                                                                                                                                    Joëlle Jonas

 

Dusse qu’alle est don, leu bouque ? Dusse qu’i-est passé, leu nez ?

Qui ch’est ches drôles ed’gins, qui peuv-tent pus s’toucher ?

J’vos pus autour ed’mi qu’des yux pleins d’soumission,

Des démotiés d’figure, qu’alles muchent leus émotions.

Leu mots, i quètent par tierre, i z’ont pus d’liberté.

Min.me pou des cafougnettes, i pin.nent à s’rassan.ner.

Ch’est su des murs ed’verre, qu’i dessin-tent leu vie.

I z’ont donc pus d’colère ? Et dusse qu’i sont, leus cris ?

Tant qu’les doupes, i tourn’ront, l’Tierre, alle pourra tourner.

L’Tierre, alle pourra tourner…Comme i tourn’rot du lait.

C’pindant, j’intinds des rires, d’l’joie dins des masons.

J’intinds résonner l’vie, comme un écho v’nant d’lon.

J’vos des mains, qu’alles se tindent pou faire eune tiote caresse.

J’vos des bouques qu’alles attindent foque pou faire eune tiote baisse.

I z’ont leus yux pou vir, leus orelles pou intinde.

I comperdront un jour, qu’i sont point cosses à vinde.

L’Tierre, alle pourra tourner, dins s’Bleu ravigoré.

L’Tierre, alle pourra tourner, dins eune Paix artrouvée.

 

114

 


Et coucou, rev'là chi des nouviaux Haïkus d'NICOLAS MINAIR. C'cop chi, ch'est que j'l'ai z'ai mis in rouchi. Bravo à ti, Nicolas! 

 

Soleil couchant 1Clin d'œil du soleil                        Coin d’oel de ch’solel
à la fenêtre de l'immeuble            a l’ferniête d’l’immeupe
une éclaircie ?                              eune écappée?

Chêne fêtard                                 Quêne in habits d’fiête   Arbre
ton ombre indique                         tin ompe, alle moutre
midi d'automne                             midi in automne                       

VentRafale                                            Cop d’vint
le vent lui aussi se hâte                 Abile, abile, li aussi, i-a invie
d'aller à l'école !                             d’daller à l’école !

Hommage à Verhaeren *               Hommache à VerhaerenLivre signe010
le temps de la lecture                    pindant qu’in lit               
le soleil s'invite                              l’solel, i s’invite

* poète belge

ArbreSoleil blafard                                   Solel à l’iau

le saule a trop mis                           l’sau, i-a mis

de fond de teint!                              trop d’pourrette !

 

Retour de week-end                        Arvenu du diminche à l’merParapluie 3

la pluie a fait ses devoirs                 l’pleufe, alle a fait ses d’voirs

ses cahiers trempés !                      ses cahiers trimpés !                

 

 

Ligne grenouille

Ajouter un commentaire

 
×