PICARDROUCHI

L'CORNE A VIRUS; INFREUMES A L'MASON

Cette page, que j'espère très éphémère, est là pour vous distraire en Picard durant cette période d'enfermement. C'est un pêle-mêle de textes amusants, parodies, saynètes, que je vous invite à alimenter par vous-même, si vous le souhaitez, en m'envoyant des textes. Ce peut être aussi des réflexions, des satires, bref "TOUT CHU QU'I PEUT NOUS FAIRE RIGOLER MAIS AUSSI... BUSIER!". Vous retrouverez sans doute certaines productions dans les belles pages d'URCHON PICO", mais qu'à cela ne tienne, vous les lirez deux fois! :-)

Et pis, j'voudros aussi vous r'comminder un site qu'i fait du bin: www.vidéochti.fr

 

-Pour commincher, eune réécriture in rouchi de l'canchon "Résiste" ed' France Gall:

BUSIE  (sur l’air de « Résiste » de France Gall)

                                                                                                          Adaptation de Joëlle Jonas

Busie (pense, réfléchis) à l’guernoule, qu’a s’laisse bouillir dins l’iau, sins pinser à s’sauver,

A ches carabistoules et à tous ches couleufes, qu’in veut t’faire avaler.

N’oche point peur d’parler et d’faire vir qué t’es là.

Cache après l’vérité vraie, et n’baisse jamais tes bras.

Busie !

Oblie point que ch’est t’vie.

Laisse point l’z’autes s’in mêler, non !

Si té fais cha, t’es fini.

Busie !

L’bonheur, i-est là in ti.

Soche don point un mouton, non !

Ch’est tin qu’min, té l’quésis.(tu le choisis)

Busie !

Busie qu’bin souvent, in veut nous séparer, pou qu’in soche pus si fort,

Pis busie qu’in nous pousse à toudis acater. Ch’est sûr qu’in nous indort.

Acoute mie l’sirènes, qu’alles font foque que t’bercher.

Ardrèche-te, ravise pus lon que l’bout ed’tes sorlets (souliers).

 Busie !

Oblie point que ch’est t’vie.

Laisse point l’z’autes s’in mêler, non !

Si té fais cha, t’es fini.

Busie !

L’bonheur, i-est là in ti.

Soche don point un mouton, non !

Ch’est tin qu’min, té l’quésis.

Busie !

Pinse à l’avenir qu’té veux t’faire.

Pinse au monte qu’té veux bâtir.

Pinse à l’peur qu’té veux faire taire.

A l’vie qu’té veux quésir.

Busie !

114


-Pis pou suife, eune pasquille (pastiche) ed'CHRISTIAN LEDUC, qu'i a écrit à partir d'eune intrevue à l'télé avec Sibeth Ndiaye (vir el'loïen 

 Coronavirus : Sibeth Ndiaye en "appelle au civisme" concernant les marchés )

V'là chu qu'cha donne d'sous s'pleume (sous sa plume):

"El gouvernemint i houpe « au civisme » quind in dôt déhutter.

Comme in dôt edmorer à s’mason à cosse d’eule pandémie, in n’a rin d’aute à faire que d’erwettier l’télé. In ravisant chés nôvièles ed l’avint-deiner, ej vôye qu’is z’ont invité eule porte-parole de ch’gouvernemint ; j’croyois apprinte beaucôp d’cosses sus l’maladie, mais maude ein pau, vla qu’ej vôye qu’alle n’y connoit rin et qu’alle est jusse là pour rintasser chés carabistoules du gouvernemint.

Cha conmminchoit bin ; quind in y a d’mandé jou qu’euch gouvernemint i pouvoit faire, pou rétreinte chés risques, si qu’in n’pouvoit pôs ête pus raisonnape et par eximpe, impêcher d’réunir ch’l’assemblée passe qu’i a d’jà 26 députés d’malates, vla-t-i pas qu’alle a répondu :

« L’assemblée nationale doit reprendre ses travaux parce que c’est important d’avoir un contrôle démocratique et donc de se réunir » Mi, si j’ai bin compris, ej vôye qu’si in dôt faire sin pet bleu, in définquera guéri et qu’in s’ra fin bénache ed savoir qu’in définque démocratiquemint !

Après in y a d’mindé si in n’pouvoit pôs faire des vidéos- conférences comme in d’minde d’in faire à nous-zautes quind in veut ouvrer  et si ch’étoit constitutionnel : més là , alle a répondu :  « Je ne suis pas constitutionnaliste ! » Més quok ch’és qu’alle est alors? Et nous, jou qu’in y est constitutionnaliste?  In pusse ej me sus dit : « alle a biau dviser, més alle n’a rin invinté » passe que dins l’timps, du timps d’chés viux Chinois (déjà eusses!) y avoit ein Président qui  avoit récrit ses pinsées et quind in d’mindoit à cheusses qui avoient el drôt d’parler : « quôk ch’és qu’t’in pinse camarate ? » is répondoient « j’n’pinse pôs, ch’camarate Mao i pinse pour mi ! »

Quind in y a d’mandé si in pouvoit  faire eul votache ed chés mayeurs, alle a répondu qu’ez équipes alles d’voient elzé « faire dans des conditions raisonnables » In pale souvint d’nos parlache picard in disant qu’i n’est point fort biau, més là comme lingue ed bôs, in n’fait pas miux !

Alle nous espliquoit qu’in pouvoit faire nos commissieons sus chés marchés, mès qu’in n’pouvoit pôs acater des loques passe que ch’étoient pôs des produits d’prumière nécessité; allez raqueonter cha à chés policiers si vous vous pourménez tout nus dins chés rues et vous verrez l’tiète qu’is vont faire !!! Alle nous disoit qu’ch’étoit miux ed’daller à ch’supermarché mès qu’y n’falloit pôs faire des implètes qui n’servtent à rin comme des pâtes, du coca-cola ou du riz passe que ché à cause ed cha qu’y a eine « pénurie artificielle ! » Ureuzmint que ch’journalisse i ya pôs d’mindé pourquô qu’in avôt cor el drôt d’s’acater du toubaque alors ; j’n’sais pôs jou qu’alle aroit répondu comme cacoule, més in sait bin que ch’gouvernemint i va pôs l’ébeubir passe que ch’és jou qu’i li raboule el pus ed picaïons !

Alle nous espliquoit qu’avint d’trôver chou qu’in avoit b’zon dins z’ archèles ed chés boutiques, y avoit eine banse ed gins qui avoient dû ouvrer et du côp, eusses is avoient el drôt d’wuidier. Comme alle nous prenoit tertous pou des balous, alle nous a donné ein exempe :

- « Quind vous trôvez eine brique ed lait dins chés grindes étindues, y n’fôs pôs oblier qu’y a eine vaque qu’alle a dû el’ deonner ch’lait » (alle n’as pôs l’air ed savoir qu’chés maguettes, alles deonnent aussi du lait!); comme si in ne l’savoit pas tertous qu’i falloit eine vaque pour avoir du lait ou bin alors, alle crôt qu’in est comme euch tchot innochint qui avoit récrit dins sin d’voir à s’mason d’uch que ch’moaite i avoit d’mindé d’raqueonter kémint qu’in vit dins chés villaches : « du Timps du viux beon Diu, chés cinsiers is élevoient des vaques pour avoir du lait, mès achteur, alles n’servtent pus à grind cosse passe qu’in troufe du lait in poude ! »

- « Pour ravoir euch’lait i a fallu lzé traire chés vaques » ; comme si qu’in croyoit qu’chés vaques alles savoitent mete in route tout seu ch’l’acrinkillache pou deonner leu lait ! ch’es d’jà bin qu’alles savtent pousser sus ch’bouteon aveuk leu grognon pour avoir à boire ou pou mète en route chés brouches pou s’décraper ! Cha m’rappelle eine d’veinète  : « pourquô qu’in met ein harnais à chés bidets ? » « ch’és passe qu’is n’savtent pôs l’mete eusses-même ! »

- « Pou daler l’ker euch lait i a fallu ein camion logistique !» Matins qu’alle veut nous faire agober qu’in est tellemint biète qu’in s’apinse que ch’cinsier i a raboulé sin lait à l’grinde étindue aveuk eusse carrette! Més ch’est pas tout, « si ch’camion i est incrinké, i faut ein garagisse pou l’ertaper » ; alle n’voudroit quind même pôs que ch’meneus d’camion i l’abistoque li-même !

- « pou l’mète dins l’brique, i a fallu eine fabrique d’imballache » Comme si qu’in n’pouvoit pôs mète euch lait dins eine boutelle qu’in n’a pus qu’à erlaver après au lieu de l’ruer ! In pusse i aroit moins ed démiches dins jou qu’in dôt ingouffrer !

- « Après, i a fallu ein eaute camion pou les tierquer chés briques ! » Jou qu’alle n’a pas dit, ch’est qu’alfôs, euch lait i n’vient pôs d’nos pays et qu’i a té acaté mon de z’horzins ; ch’és comme cha que ch’froumache i n’est pus vraimint frinçais même si ch’est récrit d’ssus « fabriqué in France ! »

Tout cha pou nous dire qu’y avoit grinmint d’gins qui ouvroient pour nous, qu’is pouvoient nous erfiler ch’mau, més qui d’voient wuidier quid-même ! Et pis après, quind alle a eu fini d’gasconer, alle nous a espliqué qu’nous zautes in dvoit gîter à nos masons !

J’m’apinse toudis qu’avint quind in vouloit du lait, in perdoit ein pocheon et in alloit dins l’since d’à côté pour in ker du tout fraîque , in s’servioit tout seu, et in laissoit chés doubes sus l’coin de l’tape passe que personne i aroit filousté ! Pour in définir, in y artrouvoit tertous nos queompte : in avoit du beon lait (cha au moinsse, ch’étoit du ch’nu!) ; ch’sincier i avoit ses picaïons tout d’suite et i pouvoit s’faire païer sins passer par el’ commissieon uropéenne (si i l’vindoit au ker coûte, in alloit in vir ein eaute!) pis d’minder après eine subvintion passe qu’i vindoit à pierte ! I avoit pôs tous chés gins inter deux qui ouvroient (et incore pôs tertous! I n’a qu’à raviser cheusses qui sont à l’commisieon uropéenne !) avint qu’in peuche in trôver dins chés boutiques ! In erlavoit nos boutelots au lieu d’les ruer et d’pourcheller l’planète ! Aveuk euch beon lait in f’soit del tarte au libouli et cha, vous ne l’trôvez pôs dins chés grindes étindues ! Chés faiseus d’fromache is f’soient des beonnes maquées et des beonnes boulettes, même qu’achteur is n’ont pus l’drôt d’in faire passe que ch’est deul boustifale qu’alle est point fort beonne pou nos santé ! Petète, mès in n’faisint pôs tous chés jux qu’in fait pouleur, y avoit pôs d’pandémie !!!

Si après tout cha, si vous n’avez pôs compris qu’in va bintôt nous dire : « Le chef de gouvernement s’est refusé à tout commentaire, mais on s’autorise à penser dans les milieux autorisés, que des mesures secrètes pourraient être prises dans les jours qui viennent ! »  ( Cha, ch’est pôs mi qui a récrit cheulle phrase là !*ou quette cosse du même ginre, chés vraimint qu’vous êtes ein tchot peu balou, et qu’ch’est justémint jou qu’is asseïent ed nous faire acroire  ! 

Matins qu’ej n’pourrai jamais publier ch’eule pasquille chi, passe que j’pourrois m’artrôver aveuk trinte ans d’hostieau :

- chonq ans pou diffamation

- chonq ans pou diffusion ed « fake news » (in s’deminde d’uch qu’is ont té ker euch parlache là!)

- chonq ans pour « incitation à la désobéissance civique » (cha n’s'arrinche pôs!)

- et quinsse ans pou divulgation ed secret d’état !!!"

*Note de l'auteur

Bin vu, Christian!

114

 


-Et v'là un morciau d'eune vielle canchon, cantée pa MAXANDRE LEZY, au Festival du Parlache de ch't'année chi:

Texte de  Bob Dill Baudet

Musique de Cheb 1 Chtairla :-)


"Ne seuchez plus malate car aussi les méd'cins

Ont haussé leu' pommates et l'prix de leu' trait'mint

Si vous avez la gripp' faites du mi qu'vous pouvez 

Tâchez d'vous in faire tchitte vous s'rez débarassé

Si vous treuvez qu'ch'est tchire de vous faire visiter

Tout chin que j'peux vous dire :

Seuchez toudis in bonn' santé !!!"

Toudis d'actualité!

Pis, tiens, Maxandré, i m'a min.me invoïé tout l'teste (mais non, pas pou vir si vous êtes malade!) Le TEXTE:

La vie chere 1

 

 

114


-I vous faut core quète cosse? V'là chi eune tiote pièche ed'théâte (un sketch putôt, mais j'ai pas quer d'dire cha in rouchi), qu'j'ai écrit i a point longtimps, et qu'alle a pas core té juée. J'espère qu'avec mes "TARTES AU CHUQUE", in l'f'ra, mais, in attindant no libération, j'vous in laisse el'primeur. J'attinds vos busiaches (vos réflexions, vos remarques) là d'sus pou m'dire si cha vous a fait rire. L'pièche, alle fait référinche à eune ancienne nouvielle (hahaha!). J'vous laisse cacher (chercher) après l'quelle. 

Eune bonne lecture! Cliquez ichi

Webmaster fleches029b

L fantome de ch camp d tierrevilleL fantome de ch camp d tierreville (20.92 Ko)

114

 


- CHRISTIAN LEDUC, i nous invoe eune savoureusse parodie in Picard de ch't'autorisation d'mette sin nez déhors. V'là chi:

 

ATTESTACIEON ED’DÉPLACH’MINT DÉROGATOÉRE DU CH’TI

 

In atusiant ch’ l’artike 3 de ch’décret du 23 mars 2020 nous régintant tout jou qu’in dôt faire  pou rastrinte ch’ l’épidémie de Covid19 dins ch’ cate de ch’l’état d’urgence sanitaire,

Mi-zaute soussigné,

Menhère : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Né le : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

À : _ _ _ _ _ _ _ _ _  _ _ _

D’môrant : à m’mason

deonne em’ parole de ch’ti eq’ min déplach’mint ch’est à causse d’euch l’escusse là (mète eine crôx dins l’beonne case) même qu’in a l’drôt de l’faire par ch’l’artike 3 du décret du 23 mars 2020 nous réchitant  toutes chés triolènes générales qu’y faut faire pou rétrinte ch’ l’épidémie de Covid19 dins ch’ cate de ch’l’état d’urgence sanitaire (Cheusses qui vôdront avoir du gagnache à l’eune ou à l’aute ed chés estras là, is d’vront printe si l’ faut , pindant leus déplach’mints in déhors ed leu mâson, un mot d’billet qui esplique que ch’ déplach’mint i est bin dins ch’ cate ed l'eune ou l’aute ed chés estras.) :

[ ] Ej dôs d’aller ouvrer dins min courtil, passe que ch’est indispensape pour mi avoir des légueimes et ch’allache là i n’peut pôs ête fait par du télé-ouvrache passe qu’in n’a jamais vu ein ordinateus fouir ein gardin, et comme eul saiseon alle est d’jà bin avinchée, cha n’peut pûs attinte !. (A utiliser par chés overriers qui n’gaigntent pôs d’picaïons, quind leu patron i a pas vôlu leu faire ein mot d’billet pour espliquer pourquô is d’vôtent wuidier.)

[ ] Ej dôs wuidier pour acater mon Biloute, tout jou qu’j’ai b’zon et qu’in n’peut pôs s’in passer : d’eul bière, du g’nièfe, du Maroilles, d’el flamique aux porions même qu’in n’arôt mié su l’tiète d’ein tigneux et d’el tarte au libouli (Y compris jou qu’in nous deonne pour pôs ein rond (distribution ed boustifale, …) et chés déplach’mints qu’in fait pour erchevoir des doubes de ch’buriau d’ bienfaisache et pou d’aller ker des clôs). (  Ej dôs aussi d’aller à l’barake à frites (vir eul liste ed chés barakeus su barakafrites.fr).

[ ] Ej vas vir euch médecin passe que j’ai d’mâ à m’tchote gambe ; j’y d’mindrai qu’i m’fait ein billet d’malate !

[ ]Ej vas vir eu’m copine Toinette pou faire Pâques avint Carème ! Dins quêques môs, j’irai cor el vir pou warder ch’bimbin !

[ ] Tchots Déplach’mints, tout près de m’masons , pou m’délicoter mes gambes, sans personne aveuk mi pour m’immerder sauf mein kien que j’dôs pourmener pou l’faire picher (j’ai bin l’drôt aussi d’pourméner m’fème mès ch’est pôs l’peine passe qu’alle sait picher toute seule!)

[ ] Convocation judiciaire ou administrative (incore qu’in pourrôt printe eine aminte passe qu’in s’a déplaché pour rin vu qu’in n’nous deonne jamais ch’pap’lar qu’in d’mande!).

[ ] Participation à l’préparacieon d’eul ducasse du môs d’août .

Fait à :

Le :                               à           h

(Date et heure du k’minch’mint ed sin déhuttache à récrire : ch’és eine obligeance!)

Signature :

 

Hahaha! Bin, mi, j'ai pus quer chtelle-lale! (je préfère celle-là)

114

 


-Eune tiote cafougnette d'après eune idée d'ALAIN MARCHAL:

Véronique, l’fin.me à Cafougnette, alle voudrot bin arpeinde el’commode d’leu campe.

- Va au marchand d’peinture, Cafougnette, et quésis quète cosse ed’biau.

-Té nd as d’bonnes, ti ! T’as qu’à v’nir avec mi.

-Non, mi, j’y connos rin. T’as qu’à d’minder au marchand. I t’donnera des consels.

-Bon, si té veux. 

Et v’là Cafougnette dallé à l’droguerie. I-arvient  un tiot peu d’temps après, bin fier ed’li, avec un gros pot d’sous s’bras.

-Alors, Cafougnette, t’as trouvé chu qu’i fallot pour armette no commote in peinture ?

-Ouais, i m’a donné cha, et ch’est du bon et du biau, d’après l’marchand. I m’a dit comme cha :

-Acate cha, i-a rin d’miux.  Ch’est marqué d’sus ch’pot : « Avec CORONA CERUSE su vos meupes, vous arez pus jamais invie d’sortir d’vo mason ! »

Bin, vaut miux in rire qu'in braire (pleurer)! Merci, Alain!

 

114


-Et JEAN-PHILIPPE VEZIN , éminent membre de la troupe des"Tartes au chuque", nous livre ici une réflexion, non sans humour, sur un article de la Voix du Nord:

Corn –a-virus 27.03.20

Hier j’ai comme chaque mois feuilleté le « canard » ou plutôt le tas des canards …avant de les transférer dans la poubelle « bleusse ».Retirées les pages de jeu, les épreuves de certif’ , les articles qui m’ont émotionnés ou qu’il ne faut pas oublier. Le classement suit mais la verticalité attendra patiemment son heure.

Dimanche 16/02/2020 p3 Coronavirus avec Institut Pasteur.

Un scoop, les chercheurs reconnaissent « il s’agit d’ aller chercher des médicaments déjà utilisés pour des maladies qui n’ont à priori rien à voir avec le 2019-nCoV ».

Si j’ai fort Ker l’institut Pasteur c’est que Louis est un Chimiste, pas un médecin, non, un cacheux de tiottes n’sait quo qu’in découvre chaque jour, comme cha !

Sul « canard- voix du nord » il y a eine photo de Sandrine qu’elle s’occupe de la couronne du virus ; elle a compris que le virus il a un ARN pour coder sur un ADN, en mode fermeture à glissière ; et il se sert de sa couronne pour s’accrocher à la cellule et avec beaucoup de ruses, pénètre dans la « forteresse » ; ensuite comme dans une ruche, les branchements se feront et les multiplications se succèderont.

C’est un monde et un scénario digne de Jules Vernes, un autre picard cher à notre mémoire.

J’ai aussi repéré que Corn-a-virus il avot fort ker la Country, ché pou cha qu’ils l’ont appelé covid-19 (cov c’est presque cow et id- 19 pour la nouveauté).Et comme toutes les grandes conquètes il vient de l’extrème orient et se dirige vers le far-west…  « I was born under a wandering star » c’est son air préféré.

Sandrine à l’institut Pasteur nous dit que les coronavirus humains sont 7, les 4 premiers sont responsables des rhumes en hiver, ensuite il y a SRAS, Mers et Covid-19 qui sont classés MOT hautement pathogènes.(Micro Organismes et Toxines). Et c’est un grand honneur que de travailler sur les MOT.

Des coronavirus il y en a encore d’autres , chez les chiens, les chats ou les chauves-souris. Pour les dahuts ou les chimères du professeur J.M.Braillon, elle n’en dit rien.

Didier Raoult attend des résultats pestaculaires avec la chloroquine… bien que ce produit ait été perfectionné pour le paludisme ou pour la polyarthrite rhumatoide… comme il est dit plus haut, rien à voir mais déjà utilisé.

Merci  Sandrine pour votre contribution à la connaissance de la couronne du virus et bonne pioche dans tout le dédalle des options de votre recherche.

A bientôt –Jean-philippe.

Merci, Jean-Phi pour cet intéressant commentaire!

114


Un conte fort connu, qu'j'ai armis in rouchi. Ch'est pas d'l'écriture, c'cop chi. Cliquez ichi et...Acoutez..Webmaster fleches029b

114


 

JEAN-CLAUDE LAMPIN, i nous invoe achteure eune goguette su ch'corona et su ch'confinemint. Cha s'cante su l'air ed'"Je suis venu te dire que je m'en vais" ed' Serge Gainsbourg.

 

            ‘J SUS VNU VOS DIRE MES GINS QUE ’J SUS CLOEHEI*

(Air : Je suis venu te dire que je m’en vais – Serge Gainsbourg)

 

‘J Sus vnu vos dire, més gins, que ‘j sus cloehèi,

Note music 011Qu’ à ‘m mazhon, conme tertous, ‘j sus rinsàrèi*,

Conme ‘l àrclame* éch minisse à-qhuër ‘d jornèie*,

Por ein byin*, je ‘m sus chi rincafounèi*,

‘Chz imbrassates*, patèi ‘d gron-nhe*, ‘lz acolèies*,

Chés fricassèies ‘d muzhioes*, ‘lz inbrachmints* inpéqhèies*,

A ‘l izolmint forchèi, 

Quàrantòn-ne* inpouzhèie*,

Je ‘m sins conme in gri-leup*,

In ésclu*, in pesteu* ! 

‘J Sus vnu vos dire, més gins, que ‘j sus cloehèi, Note music 011

Qu’ à ‘m mazhon, conme tertous, ‘m vlà rinwin-nhièi*,

Conme ‘l àrclame éch minisse à-qhuër ‘d jornèie,

Por ein byin je ‘m sus chi racabutèi*,

‘Ch villache est à-ba-brui*, ch’est quitcosse* !,

Dins chés rëues* in ‘n voét pus, meinme él jor, juer chés gosses,

A ‘l izolmint forchèi, 

Quàrantòn-ne inpouzhèie,

Je ‘m sins conme in gri-leup,

In ésclu, in pesteu !

‘J Sus vnu vos dire, més gins, que ‘j sus cloehèi,

Por dés sémaines ‘m vlà chi ingazérnèi*,

Conme ‘l racache* éch minisse à-qhuër ‘d jornèie,

Je ‘n sorte pus de ‘m mazhon, ‘j reste rinfreumèi*,

Je ‘n còzhe* pus ‘l onpe* d’inne gins, qhée dévin-ne*,

Et ‘n tricoepe* pus in qhyin* quant ‘j sorte fére picher ém myin-ne*,

A ‘l izolmint forchèi, 

Quàrantòn-ne inpouzhèie,

Je ‘m sins conme in gri-leup,

In ésclu, in pesteu ! 

‘J Sus vnu vos dire, més gins, que ‘j sus cloehèi,

Qu’ à ‘m mazhon, conme tertous, ‘j sus aboutèi*,

Contrérmint aus diries* éd nous in-nèis*,

In ‘n est pònt al-ducasse* ‘d vife éconchèis*,

Note music 011Chés poezes* et chés vézites* sont pouleure*,

Rinjolèies* dins ‘l atinte*, brafes gins, ‘d jornèies* mélhieurtes*,  

A ‘l izolmint forchèi, 

Quàrantòn-ne inpouzhèie,

Je ‘m sins conme in gri-leup,

In ésclu, in pesteu !       Mars 2020

Glossaire :

- cloehèi : cloué

- rinsàrèi: confiné

- àrclamer : réclamer

- à-qhuër ‘d jornèie : à longueur de journée

- por ein byin : pour bien faire

- ‘s rincafouner : se claquemurer

- imbrassates : embrassades

- patèi ‘d gron-nhe : embrassades en série

- acolèies : embrassades

- fricassèie ‘d muzhioes : embrassade

- inbrachmint : embrassade

- inpéqhèies : interdites

- quàrantòn-ne : quarentaine

- inpouzhèie : imposée

- gri-leup ; paria

- ésclu : exclu

- pesteu : pestiféré

- rinwin-nhièi : confiné

- ‘s racabuter : se claquemurer

- à-ba-brui : silencieux

- ch’est quitcosse ! : quel malheur !

- rëue : rue

- ingazérnèi : confiné

- racacher : répéter

- rinfreuméi : cloïtré

- còzher : rencontrer

- onpe : ombre

- devin-ne : déveine

- tricoeper : croiser quelqu’un

- qhyin : chien

- ém myin-ne : le mien

- aboutèi : confiné

- diries : dires de peu d’importance

- in-nèi : aîné

- ête al-ducasse : être heureux

- éconchèi : caché

- poeze : visite

- vézite : visite

- pouleure : pour l’heure

- rinjolèi : rangé, mis à l’abri

- atinte : attente

- jornèie : jour

- mélhieurte : meilleure

 

Merci à ti, Jean-Claude! Cha nous fait oblier nos pin.nes (nos peines).

114

 


A priori, toutes les oeuvres présentes sur cette page, devaient être en Picard,(rouchi, patois, chti, ch'est toudis du Picard), mais le Cercle du Moulin a toujours eu vocation à mettre à l'honneur également la langue française, ainsi que l'ont voulu ses fondateurs, ROGER BAR et ANDRE PEULMEULE. Donc, voici un texte de FRANCINE CROMBEZ, une de nos nouvelles fidèles du Cercle . A ce propos, j'ai une pensée pour RENE REPAIRE,décédé à presque cent ans, dont Francine était la secrétaire, et qui nous faisait toujours l'honneur de beaux poèmes et de "10 Mots" bien tournés. Ces "10 mots", c'est un concours proposé chaque année par le Ministère de la Culture, afin de sensibiliser à la Langue Française, dans le cadre de la semaine de la Francophonie, et qui consiste à produire un écrit contenant ces dix mots. Cette année, le thème est "l'eau". Francine nous livre ici sa propre création avec ces dix mots, actualité oblige, sur le thème du "Coronavirus". Pour l'allusion aux carabirèches, je vous renvoie à nouveau à la page Urchon Pico. Bonne lecture! (les dix mots devant être utilisés cette année sont: aquarelle; à  vau-l'eau; engloutir, fluide; mangrove; oasis; ondée; plouf; ruisseler; spitant.)

 

Les dix mots du Coronavirus

27 mars, il fait beau, pas le moindre nuage dans le ciel d’un bleu limpide. On se croirait en été. Pas le moindre promeneur non plus, la petite bestiole a fait le vide. Le temps s’écoule, fluide.

Tous mes projets de sorties sont partis à vau-l’eau. Plus question d’aller en ville pour engloutir une pizza napolitaine, dorénavant on va grossir à domicile.

Je ne dois pas me plaindre, comme certains de nos compatriotes, je pourrai être au fin fond du Sahara, dans une oasis ou à l’autre bout du monde, sous les tropiques au pays de la mangrove, éloignée de tout et de ma famille.

J’ai la chance de vivre à Valenciennes et mes pensées vont … vers le centre nautique à peine inauguré où l’on ne peut plus faire plouf ! et remonter tout ruisselant après un beau plongeon.

Mais mon tourment le plus profond, c’est de ne plus rien savoir de ma carabirèche du Vignoble. Que devient mon Degallus porcellus ? Ne va-t-il pas dépérir, privé de toutes les festivités valenciennoises ? Je n’ai pas de nouvelles de Jean-Marie. Il m’avait fait un superbe dessin suite à ma description et j’espérai qu’il poursuivrait par une aquarelle, il a beaucoup de talent. Lui aussi est confiné et certainement fort déconfit de ne pouvoir venir au Cercle du Moulin.

En attendant de recouvrer ma liberté et de sentir la première ondée rafraîchir mon visage, je me console en pensant qu’en dernier recours, si la dépression nerveuse menace, j’ai ma réserve de médicament, un breuvage spittant qui n’a pas son pareil pour remonter le moral : le champagne.

Foxtrot Charlie 27 mars 2020.

Merci à ti, Foxtrot Charlie! Ch'est fin bin tourné!

 

114

 


Et eune nouvielle canchon d'l'amisse JEAN-CLAUDE LAMPIN. Cha nous in apprind beaucop su l'état d'santé d'no gouvernemint!

 

       ‘CH GOUVERNEMINT  EST AGRIPEI*

Note music 011(Air : Le Téléphon – Nino Ferrer)

            

Belloubet, ale est colèie*,

‘Ech Le Driant ‘l est tout oetant,

Le Maire, ‘ch poefe fieu, est catérneu*,

Jacqueline Gourault est réchuhèie*, qhé tabloe !

 

‘El Véran est maqheurant*,

Mòns qu’ Castaner, més puqu’ équ’ Franck Riester,  

Pénicaud gàrzhèle* ‘d fròt,

El tinp qu’* Macron, ésseulèi*, monte au-front.

 

Macron, te pux-ti ‘m dire gàrchon,

Chés masses* qu’ in nous rinjoles*, dùqu’ is sont ?

Macron, te pux-ti ‘m dire gàrchon,

Chés masses qu’ in nous rinjoles*, dùqu’ is sont ?

 

Quant Parly tran-ne* dins sin lit, Note music 011

El Borne dins ‘l syin, àrlinghe* ‘ch métchin,

Dins l’ ministére, Guillaume, Blanquer,

Conme des gri-leups*, lés deus, sont microbeus*.

 

Darmanin, li, est moertin*,

Vidal s’éhanse*, Philippe atchoute* dins ‘s manche,

Girardin, conme gramint ‘d gins,

A tout perdu, ‘ch gou*, meinme él sintimint*.

 

‘N swatant pus nous vir dins ‘l rëue,

‘El Roxana Maracineanu,

A décrétèi qu’in froait pàr-jour*,

Jusse inne euréte*, més gins, de s’ mazhon ‘l tour !

 

Macron, te pux-ti ‘m dire gàrchon,

Chés masses qu’ in nous rinjoles, dùqu’ is sont ?

Macron, te pux-ti ‘m dire gàrchon,

Chés masses qu’ in nous rinjoles, dùqu’ is sont ?

 

Note music 011Macron, Macron,

Macron, te pux-ti ‘m dire gàrchon,

Chés masses qu’ in nous rinjoles, dùqu’ is sont ?

Macron, te pux-ti ‘m dire gàrchon,

Chés masses qu’ in nous rinjoles, dùqu’ is sont ?

 

              Avril 2020

Glossaire :

- agripèi : grippé (en référence à un mécanisme qui coince , qui ne fonctionne pas de manière fluide et        normale)   

- colèi : grippé (malade), enrhumé

- catérneu : aller mal (santé)

- ête réchuhéie : avoir maigri

- tabloe : tableau

- maqheurant : nauséeux

- gàrzhéler : grelotter enclaquant des dents

- él tinp qu’ : pendant que

- ésseulèi : seul

- masse : masque de protection

- rinjoler : promettre et ne pas tenir

- tran-ner : trembler

- àrlingher : attendre en vain

- gri-leup : paria

- microbeu : contagieux

- moertin : pâle comme un mort

- s’éhanser : respirer péniblement et par secousses

- atchouter : éternuer

- gou : goût

- sintimint : odorat

- pàr-jour : pendant la journée

- euréte : heure

Grippé, dans tous les sens du terme. Ca, c'est sûr! :-)

 

 

114


Pou in savoir pus su ches lingues régionales:

 

https://atlas.limsi.fr (voir aussi sur la page: autour du Picard). Bravo, Philippe! Du biel ouvrache!

 

114


Francine m'a relayé une pub belge. Plus "fun" que chez nous. Merci, l'z'amisses Belges!

114


MAXANDRE LEZY, i partache avec vous eune tiote blague:

ch'est Facougnette* qui dit à s'finme : "Tins pétit', ovlà eun' map'monde...te la mets su' l'mur et te jeste eun' fléchette...et dù qu'all' tomb',  in ira deux s'maines tchand que l'crise sanitaire s'ra finie !".................................................et bé malheur : in va passer 15 jours dins euch frigo !"

Hahaha! Bin, au moins, là, l'corona, i-ara trop frod!

 

114

 


Transférée par Jean-Philippe Vezin, lui même pharmacien retraité: Une superbe reprise du "P'tit Quinquin", concoctée par un ch'ti, parti dans une autre région, et qui met à l'honneur, à très juste titre, nos pharmaciens, bien sollicités en cette période si particulière.

 

 

114

 


El'chloroquine par chi, el' chloroquine par là.... Jean-Claude, i nous a core écrit une bielle canchon!

L' BOTE* ED CHLOROQUINE. Paroles: Jean-Claude Lampin

(Air : Le Chien dans la vitrine – Bob. Merrill / Louis Gasté)

        

Quétou por inne bòte éd chloroquine ?

Quétou por éch médicanmint ?

Note music 011Quétou por chés masses* dins vou vitrin-ne ? 

J’ in vourroais, chi, in bon deus chint ! 

In nous dit qu’in métchin à Marseille,

A troever, més gins, ch’ t’ in miracq,

In àrméte qui dvroait foaire dés marveilles,

Qui dvroait saner lés gins patracqs.

Quétou por inne bòte éd chloroquine ?

Quétou por éch médicanmint ?

Quétou por chés masses dins vou vitrin-ne ? 

J’ in vourroais, chi, in bon deus chint ! 

Sés blancs caveux rachmèis* al antique,

Et ‘s bàrpe qui li va conme in want*,

Edvant sin caudron ‘d pochon* majique,

D’ chés druites, ch’est seurmint li ‘l pus grànt.

Quétou por inne bòte éd chloroquine ?Note music 011

Quétou por éch médicanmint ?

Quétou por chés masses dins vou vitrin-ne ? 

J’ in vourroais, chi, in bon deus chint ! 

Dézor* dins ‘ch pàrfon* ‘d leux offichin-nes*,

Tous chés pontifs, chés mandàrins,

Rluqhant* lés biéfés* de chelle métchin-ne*,

N’ ont d’ ius qu’ por sin médicanmint.

Quétou por inne bòte éd chloroquine ?

Quétou por éch médicanmint ?

Note music 011Quétou por chés masses dins vou vitrin-ne ? 

J’ in vourroais, chi, in bon deus chint ! 

Conme tant ‘d gins leu avisse est dolicque*,

Ach pin-nhacq*, in infer ‘l lind’main,

Au mitant* d’inne làrque* polémique,

Ch’est au bou* qu’in conptéra chés pwints !

Quétou por inne bòte éd chloroquine ?

Quétou por éch médicanmint ?

Quétou por chés masses dins vou vitrin-ne ? 

J’ in vourroais, chi, in bon deus chint ! 

              Avril 2020

Glossaire :

- bòte : boîte

- masse : masque de protection

- rachmèi : coiffé

- want : gant

- pochon : potion

- dézor : dès lors

- dins ‘ch pàrfon : au fin fond

- offichin-ne : officine

- rluqher : lorgner

- biéfé : bienfait

- métchin-ne : médecine, médicament

- dolicque : capricieux, changeant

- pin-nhacq : pinacle

- au mitant : au coeur

- làrque : vaste

- au bou : à la fin

Hahaha! In va toudis avoir ch't'air là dins no tiête. Cha nous f'ra p'tête prinde patieinche!

 

114


 

Et pis core eune aute. I-est fort inspiré pa ch'virus, Jean-Clote! Merci à ti!

     ‘CH GRANT RINGAZERNEMINT*

(Air : Le Grand chambardement -  Guy Béart)    

par JEAN-CLAUDE LAMPIN    

In ‘l voéÿant vnir dél Chine,

Note music 011In a foait inne léte grin-nhe*,

- Meinme si ‘ch gouvérnémint,

Nous mint, nous mint,

Meinme si ‘ch gouvérnémint,

Nous mint asseurémint.

 

‘Ch ‘n étoait, més gins, por sëur*,

Por eusses qu’inne chiférnure*,

Nin pus* qu’inne mécante gripe,

Ou qu’inne bòn-ne viéle gastripe*,

 

In nous a rasseurèis,

A-forche ‘d conmuniqhèis,

Nous dire chu qu’in dvoait foaire,Note music 011

Suire* chés jésses* bàriére,

 

‘S laver al ponpe, vitmint*,

Chaqu’ coep qu’* in cròzhe qhéqh’in,

Rnaqher* au miux dins ‘s manque*, 

Et ‘s cranpon-ner* aux branques ! 

 

‘Ch ‘t in sapré cafouïache*, 

Inmajin-nez ‘ch dallache*,

In voét ‘ch gouvérnémint,

Ouvrer*, ouvrer,

In voét ‘ch gouvérnémint,

Ouvrer à-càrudchin*.

 

Note music 011In manqhe ‘d tout ou présse*,

Chés métchins ont él vésse*,

Chés présses* sont ouvrajèies*,

In ‘n a pònt ‘d lits dassé.

 

Forchèis ‘d foaire létébeur*,

Por dés masses*, éd l’ odeure*,

Et meinme por ‘d él torqhéte*, 

Més gins, daler al-qhéte*,

 

Oÿez leus orémusses*,

Leus diries*, leus laïusses*,

Chés pontifs, in s’z a vus,

‘S sont capin-nhèis*, més fius !

 

In livrant chi batale,

A in microepe de ‘s tale,

Qui goviérne* vrémint,

Ech grànt, éch grànt,

Qui goviérne vrémint,

Ch grànt ringazérnémint !

 

Raqhuzez* chés buzins*,

Chés crapures*, chés voerins*,

Tous chés bòns consélhieus*,

Minteus ou bioes-pàrleus,

 

Laichez vos càrqhulétes*,Note music 011

Egàrner* à-vépréte*,

L nonpe éd chés maléreux,  

Dvant ‘d* lés passer au-bleu*,

 

Os finirons chelle wérre*,

A-toutrésse*, al-infiiér*, 

Ptéte meinme in pàradi*,

Si d’main in est àrmi* !

 

‘Ch conpte* va chi ête salèi,

Més gins cha va buqher*,

Viv’mint qu’in’l voéche al-fin,

Ch grànt ringazérnémint !

 Avril 2020

 

Glossaire :

 

- ringazérnémint : confinement

- foaire inne léte grin-nhe : faire grise mine

- por sëur : pour sûr

- chiférnure : rhume

- nin pus : pas plus

- gastripe : gastrite

- suire : suivre

- jésse : geste

- vitmint : vitement, de façon rapide

- chaqu’ coep qu’ : à chaque fois que

- rnaqher : tousser grassement

- manque : manche

- ‘s cranpon-ner, se raccrocher

- cafouïache : désordre

- dallache : désordre

- ouvrer : agir

- à-càrudchin : en dépit du bon sens

- présse : presque

- avoér él vésse : avoir peur

- présses : urgences

- ouvrajèi : débordé de travail

- foaire létébeur : demander l’aumône

- masse : masque de protection

- odeure : eau de Cologne

- torqhéte : papier hygiénique

- daler al-qhéte : demander l’aumône

- orémusses : discours

- diries : discours

- laüsse : laïus

- ‘s capin-nher : se crêper le chignon

- goviérner : diriger

- raqhuzer : dénoncer

- buzin : personne lente à se décider

- crapure : crapule

- voerin : vaurien

- consélhieu : conseilleur

- càrqhuléte : calculatrice

- égàrner : égrener

- à-vépréte : en début de soirée

- dvant ‘d : avant de

- passer au-bleu : mettre aux oubliettes

- wérre : guerre

- à-toutrésse : coûte-que-coûte

- al-infièr : en enfert

- in pàradi : au paradis

- àrmi : guéri

- conpte : note, facture

- buqher : coûter cher

- ‘s déringazérer : se déconfiner

 

114

 

 


Je n'pouvos point pas l'mette!

 

 

114

 


Et v'là toute l'origine de ch't'histoire! J'm'in doutos que ch'virus, i v'not d'ches satanées Carabirèches (vir l'page Urchon Pico). Au prochain  Cherque de ch'Molin, in leu fait leu procès!

JEAN-MARIE BRAILLON nous livre ici toute la vérité, en version picarde, mais aussi en français, afin que rien ne vous échappe!

Chés càrabiréches :

dés càron·nes às-virusses !

*

            Zhāng Xīchún  (張錫純),  min cousse qu’é mérchin chinò, né-natife éd Wuhan, i tò vnu pou `m vizter au-dbout `dl étèi 2019. Ch’é ein bòn comàrate minjeu `d cåtesoeries pi `d pingoulins i é còre assé nacsieu : pou li minjer ein bistécq-frites ch’é pire équ’ pou nos-oetes minjer du qhyin. Éj volò fére tout chou qu’i àrò qhére à minjer. Ch’étò chés corjours, pos foque ein·ne cåtsoerie dins chés éres, pos ein urchon dins `chz haÿures, pos pusse éd bocq dins chés apes… `j avò rézou `d y-yi fére du con·nin às-pròn·nhioes. Pou ein coep qu’i vnò `m vir dins `m mazhon `d Arsini, éj volò méte chés télos dins chés téles.

            Dins min batimint às con·nins i fzhò brun, éj dalò à-vérligoute, in `m ratnant à chés cabutes in bòs qu’min talhon i avò càrpintèi pos lòn `d chint àns pa-dvànt. Chå flérò `l pichate éd bouqhin, i dalò foelòr qu’éj nétiche tout chå bérate. `J avò dins ein·ne mòn min clipon pou écabocher ein con·nin, pi dins `m tasse, ein bout `d leumant pou l-l ahoqher après ein cloe, pi min couthioe pou l’méte ju `d sàng. Ch’étò chti du font du batimint qu’alò écabocher pou mi fristoulher.

            `J alò avinte él dàrin·ne gaÿole qu’j èi sintu ein·ne sécòe qhéhir su `m thiéte. Ch’å tèi ein réfléche, `j èi buqhèi avuëcq éch clipon su min cabu. `J èi briyolèi ein anvèi, més `j èi russi à vir ein·ne biéte conme ein·ne rate qu’ale trachò à `s àrsoever. Éj y-yi èi inclaqhèi ein coep `d clipon su `s gon·néle. `J él-l èi àrpéqhèi pa `s qheue pou mi daler l-l jéchter su `ch mont `d fyin ; més atanqu’j èi tèi al-coure, éj `m èi pérchu qu’éch’ tò mie ein·ne rate, més ein·ne càrabiréche ! In n-in dvizhò pus dpu vinte àns `d chés bésthioles-låles dins no pòhi.

            `J èi ëu ein·ne avizhon ! « Putoe qu’ein con·nin, siqu’éj fzhò chéle càrabiréche pou nous diner nmòn quanqu’ Xīchún i srå ichi ? » qu’éj `m èi dit. Éme taÿon·ne ale dizhò qu’i `n folò janmò n-in minjer pace équ’ chétò dés bésthioles conme él dhiape, qu’ leu chàr a’ dvò ête vrimeusse, ét pérticq ét pértacq. Clicbile, éj `m å mét à dépioeler `m pròÿe. Ale tò fin crache, i-n àrò à minjer assé pou deus.

            Du lin·nmòn au mantin, `j èi fristoulhèi. `J èi coepèi ein roujhe òn·nhion, `j él-l èi passèi au bure, pi j’èi mét chés morchioes `d càrabiréche, `j èi couvére avuëcq du chite, rajouter sacants pron·nhioes, salèi pi pòvrèi. J’èi acouftèi pi léyèi à douche fu. Ein molé dvànt midi, `j èi prins `m càréte pou mi daler qhére Xīchún al éstachon `d Vérvin. Éch convò i tò al ure.

            Quanqu’in å rintrèi dins `m mazhon, chå flérò glou ! In avò anpdeu `l jus à no bouque. Él tànp `d qhuire sacantës pun·nthiéres pi in `s assi al tafe. `J avò découtalhèi `cl chàr éd càrabiréche in thios bouts pace  Xīchún i avò pusse qhére éd minjer avuëcq dés broques. Toute i tò glou. Nos ons passèi ein·ne bòn·ne aprédin·nèie, in babin·nant `d nos viélës ramintuvranches, quanqu’in tò mi pi li al Sorbon·ne. Pi i å folu qu’j él rinmin·ne à Vérvin pou qu’i rprinche sin convò pou Pàris.

            Deus smòn·nes pàr-apré, `j èi aprins pa sin fiu qu’i étò in gaÿole. I avò tèi cranqhieu et i avò onzu dire qu’i avò ein micrope incon·nu.

            Ein mòs pàr-apré, pou définir, tout `ch prizhon i å tèi  ingangrin·nèi. I å tèi défreumèi, adon i `m å récri :

-Min fiu, éj chu sëur qu’éch micrope équ’j èi ëu i vyint dél càron·ne às-virusses équ’j èi minjèi à `t mazhon ! `T å-jou tèi malate, ti ? Ichi in å lonmèi chå  冠状病毒 (guàn zhuàng bing dú), més pou mi chå rmoerrå toudi él càron·ne às-virusses ! Pourmé m-më `d éne pus minjer dés càrabiréches, ch’é pos bòn pou `t sintèie…

            I foet toudi acouter chés vius, `m taÿon·ne ale savò bin éle, qu’éch `n étò pos bòn à minjer, més a’n àrò pònt manjinèi qu’éch micrope vnu au monte à Àrsini i inpinatrò ttavå `l Monte.

 

*

Les càrabiréches :

des charognes a virus

 Zhāng Xīchún  (張錫純),  mon copain médecin chinois, natif de Wuhan, était venu me rendre visite à la fin de l’été 2019. C’est un bon camarade, mangeur de chauves-souris et de pangolins et pas mal difficile ; pour lui, manger un bifteck-frite c’est pire que si nous devions manger du chien. Je voulais faire tout ce qu’il aimerait à manger. C’était l’hiver, pas seulement une chauve-souris dans les airs, pas un hérisson dans les haies, pas un écureuil dans les arbres… Je m’étais décidé à lui faire du lapin aux pruneaux. Pour une fois où il venait me voir chez moi à Harcigny, je voulais mettre les petits plats dans les grands.

            Dans ma remise à lapins, il faisait sombre, j’allais à tâtons, en me tenant aux cabanes en bois qu’avait fabriquées mon grand-père près de cent ans auparavant. Ça sentait l’urine de mâle de lapin, il devenait urgent que je nettoie tout cela. J’avais dans une main un gros bâton pour assommer un lapin, et dans la poche, un morceau de ficelle de sisal afin que je le pende à un clou, puis mon couteau pour le saigner à blanc.

            J’allais atteindre la dernière cage quand j’ai senti quelque chose qui me tombait sur la tête. Ce fut un réflexe, j’ai frappé avec mon bâton sur mon crâne. J’ai vacillé un instant, mais j’ai réussi à voir une bête conne un rat qui essayait de s’enfuir. Je lui ai flanqué un nouveau coup de bâton sur la gueule. Je l’ai attrapé par la queue pour pouvoir l’aller jeter sur le tas de fumier ; mais quand je fus sorti, je m’aperçus  qu’il ne s’agissait d’un rat, mais une carabirèche ! On n’en parlait plus depuis vingt ans de ces bestioles dans notre village.

            J’ai eu une idée de génie : « Plutôt qu’un lapin, si je faisais la carabirèche comme repas demain, quand Xīchún sera ici ? ». Ma grand-mère disait qu’il ne fallait jamais en manger parce que c’était des bestioles comme le diable, dont la viande devait être vénéneuse,  et patati, et patata. Sans attendre, je me suis mis à dépiauter ma proie. Elle était très grasse, il y aurait suffisamment à manger pour deux.

            Le lendemain matin, j’ai cuisiné. J’ai coupé un oignon rouge, je l’ai fait revenir, puis j’ai mis les morceaux de carabirèche, j’ai couvert avec du cidre et ajouté quelques pruneaux, salé et poivré. J’ai couvert et laissé à feu doux. Un peu avant midi, j’ai pris ma voiture pour aller chercher Xīchún à la gare de Vervins. Il était à l’heure.

            Quand nous sommes rentés chez moi, ça sentait bon ! Nous avions tous les deux l’eau à la bouche. Le temps de cuire quelques pommes de terre, nous nous sommes assis à la table. J’avais coupé la carabirèche en tous petits morceaux parce que Xīchún préférait manger avec des baguettes. Tout était délicieux. Nous avons passé un bon après-midi à parler de nos vieux souvenirs, lorsque nous étions lui et moi à la Sorbonne. Puis il a fallu que je le reconduise à Vervins pour qu’il reprenne son train pour Paris.

            Deux semaines après, j’ai appris par son fils qu’il était en prison. Il avait été malade et avait osé dire qu’il y avait un microbe inconnu.

            Un mois après, pour finir, toute la prison était infectée. Il a été libéré et alors il m’a écrit :

-Mon garçon, je suis sûr que le microbe que j’ai eu vient des charognes à virusses que j’ai mangé chez toi ! As-tu été malade, toi ? Ici on a nommé le microbe 冠状病毒 (guàn zhuàng bing dú), mais pour moi ça restera « la charogne à virus » ! Promets-moi de ne plus manger de carabirèches, ce n’est pas bon pour ta santé…

            Il faut toujours écouter les vieux, ma grand-mère savait bien que ce n’était pas bon à manger, mais elle n’aurait pas imaginé que le microbe né à Harcigny aurait envahi l’ensemble du Monde.

 

Merci, Jean-Marie, d'avoir fait tout l'leumière su l'invasion de l'planète pa l'corne à virus!

 

114


 

ET.... L'GRIND ARTOUR ED'L'AMISSE JEAN-CLAUDE LAMPIN, pou eune version bin actuelle de l'canchon d'CABREL "Je l'aime à mourir". Si vous comperdez pas tout, obliez point qu'i-a l'glossaire à l'fin.

 

 

   IN ‘N A RYIN VU VNIR

Note music 011(Air : Je l’aime à mourir– Francis Cabrel)

In dvoait ête yoyot*,

In ‘s étoait tant moqhéi,

De ‘ch milhon ‘d chinòs,

Qui ‘s étoai’te rinsàrèis*,

In n’ a ryin vu vnir !

       ‘Ch microepe put ‘s ramner*,

Qu’ il aboule*, in ‘l attind,

In sait ‘s àrbifer,

Mànder* aus frigolins*,

Y a pònt ‘d quò férmir,

Y a pònt ‘d quò jumir*,

In ‘n vo pònt moerir*.

Apré avoér wàn-nher*,

Deus grantes werres*, nous v’là chi,Note music 011

A dévoér batilher*,

Contér chelle maladie*,

Tout dròt v’nue d’ Asie.

Ach coep- chi*, ch’est troep biéte, 

Més nou seul agrémint*,

Ch’est daler à-vépréte*,

Aploedir chés métchins,

‘D édvant ‘s indoermir,

‘D édvant ‘s inbroqhir*,

In n’a ryin vu vnir !

In ‘n va pònt chi criyer notorne*,

Qhite à* dvoér inbléyer* ‘ch pòhi*,

In ‘n va pònt chi criyer notorne,

Ch’ ‘n est qu’ ‘l érie* et ch’ nest pònt fin-ni !

Pis franc-mint* qui a cru,

Rapor à* ‘ch pangoulin,

Que ‘ch réyon ‘’Lustucru’’,

Sroait wite à-tous momints,

In n’a ryin vu vnir !

Y a pònt ‘d argint majicq,

Puchimé*, il in quait,

Note music 011Dzeur ‘l maladrie* peublique,

Seufit de ‘l rapéqher*,

In put ‘s égoedir*,

In put ‘s égaÿir*,

In n’a ryin vu vnir !

Dire qu’in avoait voté,

Por qu’ chaqu’ jor seuche diminche,

Qu’in seuche délibérèi*,

De ‘ch ‘l éta porvidinche*,

Ch’est-ti in rpintir* ?

Et qui pinsoait énon,

Que ‘ch métchin qu’in acoute,

Eroait dés caveux longs,

Et qu’in ‘l mettroait à-oute*

Més gins ch’est à rire,

Més gins ch’est à rire,

In n’a ryin vu vnir !

In ‘n va pònt, més gins, criyer jò*,

Quanqu’* ech conba ‘n est pònt falhi*,

In ‘n va pònt chi rclamer* Bachelot,

Por widhier* chelle falhite oessi !

In étoait bénache,Note music 011

Orindrò* ch’est finèi,

‘S muchant conme dés laches*,

Edvant chelle rute-min-nèie*,

Qu’in a pònt vue vnir !

Néporcant* in a vu,

Més gins, inne avértanche*,

‘L jor où Macron a pu,

Seul, goviérner* la France,

Chi, por tout détwir*,

Chi, por tout détwir,

In n’a ryin vu vnir !

              Avril 2020

Glossaire :

- yoyot : personne un peu innocente

- ‘s rinsàrer : se confiner

- ‘s ramner : se pointer

- abouler : arriver

- mànder : demander

- frigolin : allemand

- férmir : frémir

- jumir : gémir

- moerir : mourir

- wàn-nher : gagner

- werre : guerre

- batilher : batailler

- maladie : maladie épidémique

- ach coep-chi : maintenant

- agrémint : distraction

- à-vépréte : en début de la soirée

- ‘d édvant : avant de

- ‘s inbroqhir : s’endormir

- criyer notorne : battre en retraite

- qhite à : au risque

- inbléyer : bloquer

- pòhi : pays

- érie : début

- franc-mint : franchement

- rapor à : à cause de

- puchimé : désormais

- maladrie : hôpital

- rapéqher : ramasser

- ‘s égoedir : se réjouir

- ‘s égaÿir : se réjouir

- délibérèi : débarassé

- porvidinche : providence

- rpintir : repentir

- à-oute : hors jeu

- criyer jò : crier victoire

- quanqu’ : tant que

- falhi : fini

- rclamer : réclamer, invoquer

- widhier : régler

- falhite : faillite

- orindrò : à présent

- lache : trouillard

- rute-min-nèie : pandémie

- néporcant : pourtant

- avértanche : signe avant coureur

- goviérner : diriger

- détwir : détruire

 

Hé ouais! In l'avot pas vu v'nir! Bin vu, Jean-Clote! :-)

 

114

 


Bon, bin, mi, j'vas mette quète cosse aussi. Ch'est eune fape qu'j'ai écrit i-a point longtemps, mais j'ai cangé l'fin après ch't'allocution d'hier (13 Avril) d'note quer Préjident. Dallez savoir pourquo?

 

LES MAGUETTES INFREUMEES (Les chèvres enfermées)

                                                                                                          Joëlle Jonas

Dins eune grinde pâture, i-avot des maguettes.

Alles étotent bénaches, pou elles, ch’étot l’fiête.

Autour, point d’clôtures, alles pouvotent daller

Vir, si alles voulotent, el’camp d’à côté.

Bin sûr, i-a des quiens, qu’i v’notent les surquer (surveiller).

Fallot mie non pus qu’alles puchent s’insauver.

Ch’est qu’alles avotent quer, tous ches bielles tiotes biêtes,

D’babeller (bavarder) insanne, d’partir in goguette.

Ch’étot point du goût d’leu maîte, el’berger :

Maguette ed’perdue, moins d’doupes dins s’saclet (petit sac, bourse) !

I-avot bin busié (pensé) à mette des hayures,

Pou dire qu’ches maguettes, alles quittent point l’pâture,

Mais, à tous les cops, alles arotent sauté.

Alles avotent quer cha, l’faire immarvoïer (le taquiner).

V’là qu’un jour, un leu, i-arrife dins l’contrée.

In nd avot pas vu, d’pus grinmint d’années.

In dijot dins l’coin, qu’i v’not sûremint d’lon.

I dallot partir, i-avot pas d’raijon.

Au lieu d’cha, mes gins, ech’leu, i-a resté,

Et pis, i-a c’minché à désivorer (dévorer)

Ches maguettes, ches boucs, vielles biêtes, tiots quévreaux.

Fallot faire quète cosse. L’peur, alle s’installot.

Adon, no berger, i-a té querre ses biêtes,

Et dins des guioles (cages), i-a mis ses maguettes.

L’leu, découragé, i s’in a rallé.

L’troupeau, i-a fini pa ête libéré,

Mais i pouvot foque sortir pou s’faire traire.

Pus question d’goguettes, i-avot miux à faire :

Fallot rimplir d’doupes les poques (poches) de ch’berger.

Ches maguettes, un jour, a nd ont eu assez,

Et tertoutes insanne (ensemble), alles ont décidé

Qu’alles pouvotent fort bin s’passer de ch’berger

Qu’i-avot laissé l’leu intrer les minger,

Et in profiter pou l’z’es rinfreumer.

L’berger, i-a eu peur de s’faire incorner,

Et à tous ses doupes (ses sous), i-a dû arnoncher.

Ches maguettes, achteure, alles vivent bin tranquilles.

Alles sav-tent que l’bonheur, i-est mis dins ch’qu’i brille.

I-a  grinmint assez/ d’hierpe dins les pâtures.

Pourquo vouloir pus qu’alle donne el’ Nature ?

Des leus, i nd ara/ incore bin des fos,

Mais les pus ding’reux, ch’est pas ceux qu’in crot !

 

Achteure, si vous voulez vir, lire d'autes canchons, histoires, contes, poèmes ..., i vous faudra daller su l'pache "Corne à virus 2". Hé ouais, j'troufe qu'i nd assez su celle-chi. Tant miux! Ch'est pace que vous m'invoïez grinmint d'affaires et j'in sus fin bénache!

Obliez point d'laisser un tiot commentaire. Cha m'f'rot plaiji!

 

114

           

 

Ajouter un commentaire